Quatrième de couverture des borchures n°20, 20bis et 20ter : « Démocratie directe : enjeux, principes, perspectives »

lundi 12 mai 2014
par  LieuxCommuns

Toutes nos brochures sont disponibles ici


Démocratie directe. Principes, enjeux et perspectives

Deuxième partie : lutter pour l’auto-gouvernement des peuples

Par cette brochure en trois parties, nous tâchons d’aborder les pro­blèmes que soulève la formulation du projet d’une société réellement démocratique – une démocratie directe. Terrain délaissé par une gauche qui se contente de gérer loyalement les intérêts des capitalistes. Terrain hanté par le cauchemar stalinien et ses diverses variantes toujours vivaces. Terrain constamment sapé, enfin, par les tenants du postmodernisme.

Une première brochure s’attaque à l’idéologie omniprésente qui fait passer l’oligarchie actuelle pour une démocratie. Les textes rassemblés dé­noncent les mascarades électorales, exhument les origines historiques du gouvernement représentatif et sapent les fondements théoriques de la do­mination. Il s’agit d’interroger le système politique et le type d’individu que nous connaissons actuellement : sont-ils compatibles avec une société réellement démocratique ?

La deuxième partie examine d’abord les obstacles idéologiques qui se dressent dès qu’il est question d’un projet de société démocratique. Ces objections, plus ou moins conscientes, ne peuvent être levées qu’en portant un regard critique sur l’histoire des mouvements d’émancipation. Un se­cond texte pose la question de l’organisation collective de tous ceux qui voudraient défendre aujourd’hui un tel projet et qui se heurtent à tous les écueils concrets qui jalonnent notre époque.

Dans la troisième partie, nous proposons notre projet d’une société dé­mocratique. Projet qui n’engage que nous, qui invite à la discussion, qui laisse de nombreuses questions sans réponses. Ce projet est subjectif, puisque nous pensons que l’histoire n’a pas de sens prédéterminé. Mais il n’est pas une utopie car il s’inspire fortement d’un héritage bien réel, celui de la Grèce antique et de l’Occident moderne, seuls moments dans l’His­toire où les hommes ont établi que leurs lois émaneraient de leurs délibéra­tions et non d’un Dieu, d’une Tradition ou de toute autre source posée comme non discutable. Cette dernière brochure se clôt par une proposition de charte visant à fédérer les courants politiques animés de projets simi­laires.


Commentaires