Bienvenue sur le site Lieux Communs

Quelques mots de présentation [+]

  • Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
  • Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ».
  • Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

« Le voyage vers l’empire a déjà commencé »

(...)

C : Alors avant de parler de ces différentes manières de décrire l’empire, est-ce que tu peux parler de la manière dont Ibn Khaldoun voit l’empire. Il y a par exemple un chapitre de la brochure qui s’appelle « Empire et polycentrisme » : tu y décris un centre de l’empire pacifié et une périphérie en guerre… C’est ça l’empire ?

Q : C’est exactement ça. L’empire pour Ibn Khaldoun a un fonctionnement qui est en quelque sorte cyclique. Il y a le centre de l’empire qui regroupe une population dont la fonction est de produire de la richesse. Elle est surplombée par un État qui la ponctionne à travers l’impôt et qui crée la richesse par cette accumulation. C’est une population intégralement pacifiée pour la simple et bonne raison que l’État garde le monopole de la violence : la société est donc sous la contrainte de l’État impérial. Le problème est que dans cette société pacifiée, il n’y a plus de violence, et que l’État a besoin de violence pour extorquer l’impôt à ses sujets. Cette violence va être recherchée dans les marges de l’empire, aux limites de cette entité qui s’étend à tous le monde connu à son époque, qui regroupe donc tous les peuples existants aux langues, aux cultures, aux religions différentes. Mais aux marges de l’empire, il y a des tribus violentes qui échappent au contrôle impérial. Et d’une manière ou d’une autre, l’État va créer un appel à ces populations belliqueuses, qui vont y répondre en infiltrant l’empire ou le conquérir. Et au fil du temps, elles vont accaparer le pouvoir et refonder l’État impérial. Ce dernier est donc constitué des marges violentes, va engendrer de dynasties qui vont elles-mêmes se pacifier, en deux ou trois générations pour Ibn Khaldoun, 120 ans, et le cycle va recommencer : les populations sont toujours passives, l’État se retrouve incapable d’exercer la violence et à nouveau d’autres marges violentes vont infiltrer ou conquérir l’empire.

C’est cela le cœur de la définition de l’empire pour Ibn Khaldoun. C’est exotique pour nos esprits occidentaux, mais c’est ce que lui a analysé du fonctionnement de l’empire arabo-musulman du XIVe, puisqu’il a vécu entre le Caire et Grande. C’est donc cet horizon-là que l’on tente de décrire dans la brochure, un système qui repose au fond sur deux affects simples : d’abord la peur de la violence – le troupeau producteur et désarmé du centre impérial ; nous qui détestons la violence – et de l’autre côté la volonté de s’accaparer les biens des autres – ressenti relativement universel, du moins dans les sociétés historiques et qui va mobiliser les marges, les pousser à conquérir l’empire.

C : Alors là on est dans une définition historique de l’empire comme il en a existé : l’empire ottoman, chinois… Tu évoques celui d’Alexandre le Grand, macédonien, tellement vaste qu’il n’a presque plus de centre...

Q : Tout-à-fait. Cette logique impériale d’Ibn Khaldoun a été reprise par G. Martinez-Gros, notre auteur contemporain, pour essayer de l’étendre à toute l’histoire de l’humanité, de lire l’histoire des civilisations à travers cette grille de lecture. Dans cette étude intitulée Brève histoire des empires [2014, Seuil], il trouve un grand nombre de correspondances depuis l’empire assyrien du VIe siècle av. J.C puis l’empire perse, l’empire macédonien, l’empire chinois, l’empire romain, l’empire arabo-musulman, etc. Par exemple dans l’empire romain, il trouve avec justesse que très rapidement les empereurs ne sont plus d’origine romaine, même chose pour les empereurs chinois, très vite ils sont mandchous ou mongols par exemple. Donc rapidement, ce sont les marges qui prennent le contrôle de l’empire et exercent la contrainte. (...) --------Lire la suite...


Articles les plus récents

mercredi 20 mai 2020
par  LieuxCommuns

Parution des brochures n°26 & 26bis : « Écologie, pandémie & démocratie directe »

Ce texte fait partie de la brochure n°26 & 26bis « Écologie, pandémie & démocratie directe » L’écologie politique dans la crise mondiale (...)

mercredi 13 mai 2020
par  LieuxCommuns

L’Europe politique sur le très long terme (2/2)

Voir la première partie (.../...) La guerre De ce que les squelettes dans les nécropoles rubanées ne présentaient pas de traces de violence, on en (...)

jeudi 7 mai 2020
par  LieuxCommuns

L’Europe politique sur le très long terme (1/2)

Extrait du livre d’Alain Testart « Avant l’histoire. L’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac », Gallimard 2010, pp. 480-512. La thèse que j’ai (...)

jeudi 23 avril 2020
par  LieuxCommuns

« En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (2/2)

Suite de la seconde émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du (...)

mercredi 22 avril 2020
par  LieuxCommuns

« En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (1/2)

Cette page contient une erreur : - Un bloc bloc_gris2 a une balise de début [bloc_gris2] mais il lui manque une balise de fin [/bloc_gris2] Ce (...)

mardi 21 avril 2020
par  LieuxCommuns

« Une épidémie est ce moment où se révèlent les gens qui adhèrent ou non à l’intérêt collectif » (2/2)

Suite de l’émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du mercredi (...)

lundi 20 avril 2020
par  LieuxCommuns

« Une épidémie est ce moment où se révèlent les gens qui adhèrent ou non à l’intérêt collectif » (1/2)

Cette page contient une erreur : - Un bloc bloc_gris2 a une balise de début [bloc_gris2] mais il lui manque une balise de fin [/bloc_gris2] Ce (...)

jeudi 16 avril 2020
par  LieuxCommuns

Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie IV

Voir la partie précédente : Les mesures oligarchiques (…/…) 4 – La réorganisation économique et géopolitique La troisième et dernière strate d’analyse (...)

jeudi 9 avril 2020
par  LieuxCommuns

Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie III

Voir la partie précédente : La question de la réaction sociale (…/…) 3 – Les mesures oligarchiques La deuxième strate d’analyse est bien entendu (...)

vendredi 3 avril 2020
par  LieuxCommuns

Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie II

Voir la première partie : Introduction et questions épidémiologiques (…/…) 2 – La question de la réaction sociale La première strate d’analyse ne (...)