Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez commencer par lire notre déclaration et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse.

Nos dernières publications

Texte Tract Brochure Correspondance Dossier
Décroissance et démocratie directe De l’islam à l’islamisme... Islamismes, islamophobie, islamogauchisme (n° 21 bis) Échanges sur l’insurrectionnalisme et son monde Le mouvement « Nuit debout » & contre la réforme du code du travail
Mai 2016 Janvier 2015 Août 2016 Mai 2016 Avril 2016
Textes à venir...

En guise d’éditorial...

JPEG - 58.7 ko

L’autogestion de la mystification


(...) ce que l’on appelle aujourd’hui la Gauche est, extérieurement, l’héritier de mouvements et de courants qui s’étaient voulus, et avaient effectivement été jusqu’à un certain point, les protagonistes de la clarification, de la dénonciation des mensonges du pouvoir, du dévoilement des mystifications, de la lutte pour la vérité sociale et politique. Au départ, la Gauche a dénoncé, démystifié, éclairé. Au bout de sa carrière, elle est devenue, dans tous les pays, arracheur de dents politique.

Mais, dira-t-on, et la Droite, ne ment-elle pas ? Oh que si. Mais la Droite ment simplement au premier degré. Ses mensonges, presque toujours des secrets de Polichinelle, sont sans intérêt : ils sont, pour ainsi dire anecdotiques. Quel intérêt véritable de savoir si c’est le député X ou le ministre Y qui a reçu tel pot-de-vin pour telle affaire, ou qui est de mèche avec le groupe industriel Z — puisque de toute façon tout le monde sait ou soupçonne comment se font les affaires ? Elle a, du reste, commencé sa carrière historique avec une franchise remarquable, proclamant ouvertement qu’en somme les pauvres devaient rester à leur place dans un ordre social fondé sur la volonté divine ou la nature des choses. Elle a continué en disant clairement, pendant longtemps, qu’elle ne voulait pas de la réduction de la journée du travail, de l’élévation des salaires, des allocations de chômage ou de l’engagement de l’État concernant le plein-emploi. La Droite a organisé, et continue d’organiser, la tromperie sur les faits — et sur les arguments : elle a effectivement construit (ses “idéologues” ont construit) à partir d’un certain moment, d’immenses échafaudages de justification et de “rationalisation” de l’état de choses existant, qui comporteraient, bien évidemment, aussi bien des embellissements de la réalité et des silences calculés que des extrapolations, des prolongements illusoires (ou pas tellement illusoires : cela dépend du niveau de profondeur de la critique) de certaines tendances réelles : le “progrès”, en somme. Pas tellement illusoires : car du “progrès” conçu comme le conçoivent, identiquement, la Droite et la Gauche, il y en a eu abondamment depuis 1848. Mais la Droite ne ment pas sur ses objectifs : la conservation et l’aménagement du régime existant. Et qui dit conservation, dans les conditions de l’univers capitaliste, dit : aménagement, transformation, réforme perpétuelle. La conservation stricto sensu, le maintien des choses rigoureusement en l’état où elles sont, est évidemment, depuis longtemps, la forme la plus pure de l’utopie. Aussi bien la Droite est-elle nécessairement réformiste. Même lorsqu’ils continuent — rarement — à s’intituler conservateurs, ses partis ne le sont pas, plus exactement ils ne le sont que dans la mesure où, aujourd’hui, conserver implique de réformer constamment.

Si l’on veut être plus explicite et spécifique, l’on remarquera que la Droite a été contaminée par la Gauche — après la Deuxième Guerre mondiale. Ce n’est que depuis lors qu’elle n’ose plus se présenter pour ce qu’elle est, et que presque personne ne se dit plus “de droite”. Depuis une trentaine d’années, la Droite rénovée et “sociale” a elle aussi appris le maniement des nouveaux instruments démagogiques. Mais là encore, elle ment moins, si l’on peut dire. Car, d’une part, elle ne présente pas les réformes qu’elle promet comme devant conduire à une changement radical de la condition humaine. Et, d’autre part, elle accomplit effectivement, la plupart du temps, des réformes. Plus même : souvent, elle commence par affirmer que telle disposition serait irréalisable ou ruineuse — et finit par l’appliquer elle-même quelque temps après.(...)

-------------Lire l’article...

Articles les plus récents

jeudi 22 septembre 2016
par  LieuxCommuns

“Islamophobie”, la Contre-Enquête

Ce texte fait partie de la brochure n°21 « Islamismes, islamogauchisme, islamophobie » Première partie : L’islam à l’offensive, de la prédication à la guerre Elle est en vente pour 3 € dans nos (...)

jeudi 15 septembre 2016
par  LieuxCommuns

En banlieue, l’islamisme élémentaire (2/2)

Ce texte fait partie de la brochure n°21 « Islamismes, islamogauchisme, islamophobie » Première partie : L’islam à l’offensive, de la prédication à la guerre Elle est en vente pour 3 € dans nos (...)

mercredi 7 septembre 2016
par  LieuxCommuns

En banlieue, l’islamisme élémentaire (1/2)

Ce texte fait partie de la brochure n°21 « Islamismes, islamogauchisme, islamophobie » Première partie : L’islam à l’offensive, de la prédication à la guerre Novembre 2015 Elle est en vente pour 3 € (...)

mercredi 31 août 2016
par  LieuxCommuns

Parution de la brochure n°21bis : « Islamismes, islamogauchisme, islamophobie »

Ce texte fait partie de la brochure n°21bis « Islamismes, islamogauchisme, islamophobie » Seconde partie : Islam, extrême-droite, totalitarisme, de la guerre à la domination Elle est en vente pour (...)

mardi 23 août 2016
par  LieuxCommuns

L’hégémonie du camp du bien battue en brèche

Entretien avec Jean-Pierre Le Goff réalisé par Robert Kopp parue dans la Revue des Deux Mondes de février-mars 2016 Philosophe et sociologue, Jean-Pierre Le Goff scrute, depuis trente ans, (...)