Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez lire notre déclaration.

Nos dernières publications

Texte Tract Brochure Correspondance Dossier
Ce que pourrait être une société démocratique De l’islam à l’islamisme... Islamismes, islamophobie, islamogauchisme (n° 21) Bi-nationalité : Illustration du délire contemporain le mouvement « Nuit Debout » & contre la réforme du code du travail
Mars 2016 Janvier 2015 Novembre 2015 Août 2014 Octobre 2015
Textes à venir...

En guise d’éditorial...

JPEG - 20.5 ko

Les mouvements des « indignés » : potentialités, contradictions et perspectives



Pour la première fois depuis longtemps en Europe, des mouvements, ceux des « indignés », posent en actes la question de l’action autonome des gens et la volonté de renouer avec des valeurs comme la convivia­lité, l’entraide, la solidarité. A travers la revendication d’une vie digne d’être vécue, ils es­quissent aussi la question d’un sens à redonner à l’existence dans la société actuelle. Ils ne peuvent que provoquer la sympathie et l’implication chez tous ceux qui refusent la délirante course de l’humanité contemporaine. Et c’est à ce titre qu’il est du devoir de chacun de pointer les contradictions de ces mouve­ments pour en dépasser les faiblesses et les limites.

Le mouvement des indignés réunit principalement des citadins issus des classes moyennes dé­classées (chômeurs / précaires diplômés) ou craignant de le devenir. Il rencontre peu d’écho dans les mi­lieux plus popu­laires. Impulsé via les réseaux sociaux, ces regroupements affinitaires autour d’une notion censément partagée (l’indignation), refuse tout patronage politique ou associatif. Egalement disqualifié, le lieu de travail, lieu totalitaire, d’où les chômeurs sont exclus, où les pré­caires côtoient statutaires et/ou carriéristes et où la parole contestataire est le monopole de syndicats ven­dus au pouvoir.

Mais la notion même d’« indignation » ne dit rien sur ce qui la cause, et cela est gros de malen­tendus en série. En Tunisie et en Egypte, un mot d’ordre faisait consensus ; « dégager » le despote avec pour horizon l’avènement d’une démocratie à l’occidentale. Mais en Europe, c’est la démocratie à l’occi­dentale elle-même qui est devenue une impasse. Face à cela le mouvement des indignés oscille entre deux tendances, que le terme de démocratie réelle ne résout pas. La première veut seulement cor­riger les excès du système. Ses revendications portent sur la moralisation de la vie publique, la qualité de vie, la juste ré­partition des richesses, le droit au travail, la justice, la réforme de l’économie, etc. La seconde remet en cause les fondements de nos sociétés et pose les prémisses d’un projet de changement radical : autoges­tion, autonomie, démocratie directe, autant de pratiques de terrain qui ne sont, semble-t-il, revendiquées nulle part pour toute la société – sauf à Athènes, sur la place Syntagma.(...)

-------------Lire l’article...

Articles les plus récents

vendredi 22 avril 2016
par  Collectif

Ce que pourrait être une société démocratique (3/5)

Voir la deuxième partie (.../...) II — La Commune, institution de base Nous posons donc la Commune comme l’instance politique fondamentale, l’institution souveraine à la base de la démocratie (...)

samedi 16 avril 2016
par  Collectif

Dossier thématique : Le mouvement « Nuit Debout » & contre la réforme du code du travail

Le mouvement contre la « loi El Khomri » ne peut qu’être dans le prolongement des précédents mouvements sociaux. Il ne peut qu’en répéter les impasses, que les mobilisations d’octobre 2010 contre la (...)

dimanche 10 avril 2016
par  Collectif

Ce que pourrait être une société démocratique (2/5)

Voir la première partie (.../...) I — Principes généraux Contre les principes fondamentaux qui régissent notre vie quotidienne et les mystifications permanentes qui sont formulées en réaction sous (...)

Brèves

A. Londres

mercredi 30 mars 2011

« Ibn Séoud est-il un ignorant ? Loin de là ! Il connaît notre civilisation : elle lui fait horreur. Ce que nous appelons conquête de l’esprit humain, lui le nomme scandale ! L’homme, pour lui, n’a pas de droits. Quel qu’il soit, il est tel que Dieu voulut qu’il fût. En revendiquant, il commet un sacrilège : “Dieu ne donne à l’homme que ce qui lui convient” , dit le Coran.

Les républiques (quelques républiques) ont reconnu à cet homme le droit à la liberté ; le wahabisme ne lui reconnaît que le droit à la sainteté. Si l’on vous dit : “Tu sera saint”, au lieu de vous dire : “Tu seras libre”, quel visage la glace de votre armoire vous eût-elle renvoyé ? »

Albert Londres, Pêcheurs de perles, 1931