Bienvenue sur le site Lieux Communs

Quelques mots de présentation [+]

JPEG - 19.2 ko

  • Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
  • Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ».
  • Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions ou admirer le panorama offert par nos dernières publications. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

En guise d’éditorial : Un conflit universel avec la nature

JPEG - 101 ko Considéré sous l’angle de son histoire, le domaine de l’éco­logie scientifique s’est progressivement élargi de l’étude natu­raliste d’écosystèmes particuliers à celle, pluridisciplinaire, de leur totalité, la biosphère. Considérée sous l’angle de la science écologique, l’histoire humaine s’est nourrie d’une succession de ruptures locales et régionales d’équilibres naturels anciens. Aujourd’hui, l’espace de ces ruptures s’est élargi aux dimen­sions de la planète. Il existe un lien étroit entre ces deux his­toires, celle des rapports de l’homme à la nature et celle des représentations de ces rapports.

L’appartenance d’Homo sapiens aux espèces animales justifie­-t-elle l’hypothèse suivant laquelle les lois de l’écologie et de la thermodynamique loin de l’équilibre régissent aussi le dévelop­pement des sociétés humaines ? Même si un tel principe est séduisant, il n’a pour l’instant conduit qu’à des résultats très modestes. Les catégories de l’écologie, fût-elle baptisée humaine, ne peuvent à elles seules rendre compte des échan­ges entre les humains et la nature. Les modalités de ces échanges évoluent avec les structures sociales, elles-mêmes réfractaires à l’analyse écologique. C’est en ce sens que la nature a une his­toire spécifiquement humaine et que les hommes sont les sujets créateurs de leurs « états de nature », comme l’affirme Serge Moscovici [1].

Du côté des sciences de l’homme, l’urgence d’une réflexion approfondie sur le poids des déterminations naturelles et écologiques dans la longue durée de l’histoire est admise. Cepen­dant, cette réflexion est encore marginale. L’écologie peut deve­ nir une structure maîtresse de cette histoire en chantier, à condition de ne pas prétendre se substituer à elle [2]. Il n’est plus possible d’ignorer cette évidence : l’homme n’use pas impunément de sa planète, il ne la domine pas, il en fait par­tie. L’intérêt d’une réflexion écologique appuyée sur un cor­ pus de données historiques dûment analysées n’est plus à démontrer. Et l’histoire ne saurait désormais se passer de la science écologique. Cette dernière doit participer aux nouvel­les réflexions sur le passé des sociétés humaines. Il s’agit aujourd’hui de l’une des conditions mêmes de l’anticipation raisonnée de notre propre futur.(...)
--------Lire la suite...


Articles les plus récents

samedi 17 avril 2021
par  LieuxCommuns

Podcasts

 
lundi 29 mars 2021
par  LieuxCommuns

Nous aider

 
vendredi 19 février 2021
par  LieuxCommuns

Menacer Zineb (3/3)

 
vendredi 12 février 2021
par  LieuxCommuns

Menacer Zineb (2/3)

 
vendredi 5 février 2021
par  LieuxCommuns

Menacer Zineb (1/3)