Bienvenue sur le site du collectif Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque. Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez lire notre déclaration.

  • La totalité des documents de ce site sont consultables par l’intermédiaire des rubriques, ou en utilisant le moteur de recherche et les mots-clefs. Les commentaires sont ouverts à tout propos censés et argumentés. Vous pouvez également vous inscrire à notre lettre d’information ou nous écrire
En guise d’éditorial...
JPEG - 67.4 ko



Sur les racines de la disparition de la pensée critique


Le projet d’autonomie, c’est-à-dire le projet pour une autotransformation radicale et démocratique de nos sociétés, ne peut se résumer à un changement de la structure politique et économique des régimes oligarchiques en place. Il nécessite en effet une mutation anthropologique, un changement radical en d’autres mots, qui toucherait toutes les sphères de la vie sociale, tant au niveau collectif qu’individuel. C’est précisément pour cette raison que toute tentative de revendiquer une telle perspective politique doit essayer d’élaborer une nouvelle forme de praxis, au sein de laquelle l’engagement proprement politique, au sens étroit du terme, se concilierait avec une tentative d’élucidation théorique. Dans le cadre de cette approche, il faut reconnaître un fait fondamental : depuis la fin des années 1970, il n’existe plus de tradition majeure de pensée politique critique.

Il y a bien évidemment des penseurs ou des auteurs qui, à titre individuel, continuent de critiquer les insti­tutions en place et proposant, parfois, leurs propres projets politiques censés les dépasser. Mais ils restent minoritaires et ne font partie d’aucun courant théorique et idéologique véritablement important en termes de retentissement social. Aucun renouveau n’aura lieu tant que cette situation ne sera pas élucidée.

La plupart des philosophes politiques considèrent les régimes sociaux des pays occidentaux comme al­lant de soi et se bornent à chercher des arguments pour les fonder et les légitimer théoriquement. Un consensus général s’est développé autour de l’idée que les régimes sociaux des pays occidentaux constituent la forme définitive de l’évolution politique de l’humanité. La seule chose, donc, que pourrait et devrait dé­sormais faire la philosophie politique, c’est essayer de trouver des moyens pour améliorer les mauvais côtés de ces régimes. Toute pensée qui voudrait dépasser les limites des institutions en place est aussitôt qualifiée d’antidémocratique [1], d’utopique, voire de totalitaire. Même les critiques des aspects des sociétés contempo­raines qui émergent ici et là, restent, le plus souvent, partielles, focalisées sur telle ou telle dimension parti­culière de l’institution sociale, même lorsque les questions posées exigent un traitement plus global (comme dans le cas de la question écologique, par exemple).(...)

-------------Lire l’article...
Dernières parutions

Derniers textes
Participer au collectif - Un coup de main est rarement refusé... - Comptes & besoins - juin 2015 Assemblées générales : apprendre le pouvoir - Compte-rendu de réunion - Juin 2015 Déclaration fédérative des collectifs pour la démocratie directe - Tentative de constituer une fédération de collectifs - mai 2015 Islamisme : concevoir l’impensable - Essai de compréhension de la situation - Analyse - février 2015 Voir tous nos textes...
Derniers tracts De l’islam à l’islamisme : établir une ligne de partage - Contre la mauvaise foi - janvier 2015 Ce que nous appelons extrême-droite - Conservatisme, confusionnisme et proto-fascisme - Mars 2014 Élections française 2012 : L’oligarchie à visage humain - Perspectives après les élections présidentielles - juin 2012 Voir tous nos tracts...
Dernières réunions Questions autour de la démocratie directe - Compte-rendu de notre réunion publique de juin 2013 « Sur la situation actuelle... » - Compte-rendu de notre réunion publique de novembre 2012 Voir toutes nos réunions...

Dernière brochure

Brochure n°20ter - Janvier 2015 Brochure democratiedirecteIII
Démocratie directe : principes, enjeux, perspectives Voir toutes nos brochures...
Troisième partie : Ce que pourrait être une société démocratique
-------------------------------Voir tous les documents publiés

Articles les plus récents

vendredi 31 juillet 2015
par  Collectif

La « rationalité » du capitalisme (2/2)

(.../...) Voir la première partie Le premier de ces postulats, explicite ou implicite même sous des formes atténuées, est celui de l’homo œconomicus, qui ne concerne pas seulement les individus, mais (...)

lundi 27 juillet 2015
par  Collectif

La « rationalité » du capitalisme (1/2)

Exposé fait au colloque du CIRFIP, « Rationalité instrumentale et société, en octrobre 1996, sous le titre : « Notes pour servir à une critique de la « rationalité » du capitalisme ». La présente (...)

vendredi 10 juillet 2015
par  Collectif

Plus de stratégie, rien que de la tactique

Texte extrait du bulletin de G. Fargette, Le Crépuscule du XXe siècle, n°27-28, avril 2014 LES ÉLECTIONS,BACCHANALES DE DÉNÉGATIONS ANGOISSÉES : Dès le début de 2012 il fut clair que l’on assistait à (...)

vendredi 3 juillet 2015
par  Collectif

À propos des événements de janvier 2015 en France (2/2)

Photo tirée du site de Waleed Al-Husseini La voie de la raison — Ex Musulmans de France, Critique des islam (.../...) Voir la première partie IV Mais bien sûr, tout cela n’a rien à voir avec le (...)

mardi 30 juin 2015
par  Collectif

Participer au collectif

L’autonomie des uns commençant là où commence celle des autres, ce sont vos libres initiatives qui nous intéressent en premier lieu. Mais nous ne refusons pas les coups de mains, réguliers ou (...)

dimanche 28 juin 2015

À propos des événements de janvier 2015 en France (1/2)

Texte envoyé par un sympathisant, signé « Les enfants d’Ellul », 15 février 2015. Photo tirée du site de Waleed Al-Husseini La voie de la raison — Ex Musulmans de France, Critique des islam Le silence (...)

jeudi 18 juin 2015
par  Collectif

Assemblées générales : apprendre le pouvoir

Fiche pédagogique issue d’une soirée animée par l’un des nôtres dans un cercle de réflexion regroupant une quarantaine de personnes. Introduction Cette séance sera consacrée à la tenue des assemblées (...)

Citations

J. - L. Godart

jeudi 11 février 2010

Personne n’a vécu dans le passé, personne ne vivra dans le futur. Le présent est la forme de toute vie. C’est une possession qu’aucun mal ne peut lui arracher. Le temps est comme un cercle qui tournerait sans fin. L’arc qui descend est le passé celui qui monte est l’avenir… Toute a été dit, à moins que les mots ne changent de sens et les sens de mot. N’est-il pas évident qu’une personne vivant de façon habituelle d’un coté de la souffrance exige une autre sorte de religion ; qu’une personne vivant de façon habituelle de l’autre coté ? Avant nous, il n’y avait rien ici, ni personne. Nous y sommes totalement seuls. Nous y sommes uniques, épouvantablement uniques. La signification des mots et des expressions n’est plus perçue. Un mot isolé, un détail isolé dans un dessin peuvent être compris ; mais la signification de l’ensemble échappe. Une fois que nous connaissons un, nous croyons que nous connaissons deux. Or, ce que un plus un égal deux, nous oublions qu’auparavant il faut savoir ce qu’est plus. Ce sont des actes des hommes, à travers les siècles passés qui, peu à peu vont les détruire logiquement. Moi, Alpha 60, je ne suis que le moyen logique de cette destruction. (…) Que ce soit dans le mode, dit capitaliste, le mode communiste, il n’y a pas une volonté méchante d’assujettir les hommes dans la puissance de l’endoctrinement, celle de la finance, mais uniquement l’ambition naturelle de toute organisation de planifier tout son action.

Godard J. L. (1965) Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution.