Parution de la brochure n°23 : « L’horizon impérial »

mercredi 28 mars 2018
par  LieuxCommuns

Ce texte fait partie de la brochure n°23 « L’horizon impérial »
Sociétés chaotiques et logique d’empire

Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider à la diffusion).

Sommaire :

  • Introduction — bientôt disponible...
  • L’horizon impérial — bientôt disponible
  • Quatrième de couverture — ci-dessous...

Peut-on encore comprendre quelque chose des transformations contempo­raines ? Sommes-nous irrémédiablement plongés dans le désordre géopoliti­que, le chaos social, la confusion idéologique, l’errance in­dividuelle ? Est-il encore possible de s’orienter alors que tout s’accélère au­tour de nous et que s’effondrent nos repères les plus élémentaires ? Et en fonction de quels critères, de quel héritage, de quel projet ?

Partout semble s’installer un désordre diffus qui s’insinue peu à peu dans l’ordinaire du quotidien. Rien ne change véritablement et pourtant un sentiment inquiétant d’étrangeté s’installe, prenant différentes formes, suscitant diverses réactions. Chacun sent, vit un basculement, imperceptible ou fulgurant, alors que pour l’idéologie officielle certains phénomènes se régleront d’eux-mêmes, d’autres exigent une rééducation générale, d’autres encore sont l’ob­jet d’un déni puissants et beaucoup doivent être tus.

Les deux textes qui composent cette brochure les abordent d’un point de vue clair ; celui de la démocratie directe, qui postule que ce sont les humains qui font l’histoire, qu’ils le veuillent ou non. Après avoir été des acteurs politiques pendant des siècles, les peuples se sont retirés, laissant libre cours aux oligarchies et aux mécanismes aveugles de gestion des popu­lations. Les grandes évolutions de notre temps, largement régressives, y trouvent leur origine. Leur examen sans concession montre que l’humanité entre dans une nouvelle ère, qui resterait à nommer, et qui semble se caractériser par le retour à l’œuvre de logiques impériales millénaires. Il nous faut chercher des cadres de pensée encore inusités, des réfé­rences négligées, un passé enfoui, croiser des disciplines, risquer des hy­pothèses et dévoiler de nouvelles cohérences. Nous devons nous essayer à saisir ce qui nous arrive, sans attendre l’envol éventuel de la chouette de Minerve, toujours après-coup, alors que le crépuscule est déjà bien avancé.

Seulement alors pourrions-nous être en mesure, pour la première fois depuis trop longtemps, d’anticiper les bouleversements en cours pour, peut-être, changer une histoire qui paraît revenir à des mécanismes archaïques.

Commentaires