Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

Nos dernières productions

Texte Entretien Tract Brochure Correspondance Recension
Effondrement et permanence de l’idéologie
Juillet 2018
La démocratie directe et ses lieux communs
Mai 2018
Élections 2017 : le coup d’État oligarchique
juin 2017
L’horizon impérial (n° 23)
mars 2018
Anmerkungen zur „Erklärung von Lieux Communs“
Février 2018
« La ruée vers l’Europe » de S. Smith
Août 2017
Textes à venir...

En guise d’éditorial...

Sur les fondements idéologiques et les destinées politiques du revenu d’existence


(...) Une utopie irrésistible : la Rente Universelle

Plutôt que de se perdre dans les méandres infinis des formes et des versions de ce revenu versé à vie, nous partons de sa version « haute », la plus désirable, la plus idéale, la plus fantasmée, la plus « utopique », si l’on veut.

D’abord parce que l’idée et l’incarnation d’un projet de société se sont littéralement décomposées depuis le naufrage qu’a été le XXe siècle, alors même que l’humanité est aujourd’hui embourbée dans de multiples impasses dont il faudrait se dégager par des conceptions et des pratiques de rupture radicales. Ensuite, parce que c’est elle qui est avancée, rêvée, désirée par certains milieux dont nous nous sentons le moins éloigné et qu’elle nous semble un leurre. Enfin, il s’agit, en forçant le trait, de faire ressortir de cette idée les éléments fondamentaux, les lignes de force directrices, les grandes orientations, que cet angle pourrait permettre, au fil du raisonnement, de dégager, tout en s’acheminant vers un peu plus de « réalisme » – du moins ce que l’on appelle ainsi.

Cet aspect « utopique » s’énonce facilement : ce versement devrait tendre à devenir universel (versé à tous sans distinctions d’âge, de statut, de nationalité...), inconditionnel (rien n’est demandé en retour), individuel (absence de critères familiaux ou conjugaux), cumulable (à un salaire, des allocations, etc.), égalitaire (taxé sur les plus hauts re­venus) et, évidemment, d’un montant maximal. Énoncé ainsi, le projet présente des arguments auxquels il est difficile de rester indifférent : éradication de la pauvreté, du chômage et de la précarité écono­mique, élargissement des protections sociales, énorme simplification administrative, transformation radicale du travail, dépassement de la croissance, voire sortie du capitalisme, réappropriation du temps et libération de la créativité collective et individuelle. Cet horizon plus écologique, plus égalitaire, plus juste, bref plus humain sonne comme une sortie de la préhistoire – voire de l’animalité – par la fin de la malédiction du travail qui semble accabler l’humanité depuis la Création. Et les fausses objections se balayent facilement : le pays, le monde même, est riche, d’une richesse bien injustement répartie, héritée de siècles de progrès anonymes, aujourd’hui effectivement imputable au comportement quotidien de tout un chacun (le General Intellect de Karl Marx cher à Multitudes). Et l’on ne voit définitivement pas comment un bénéficiaire lisant un livre, jardinant ou méditant sur un banc pourrait être plus nuisible qu’un plein temps de publicitaire, de journaliste, de banquier ou d’industriel contemporains qui ne survivent qu’en parasitant en permanence la sphère publique et en pillant les finances non moins publiques à coups d’exonérations fiscales, de subventions, de plans de relance ou de recapitalisation.

Cet idéal, chacun de nous le partage à des degrés divers tant il fait écho à une promesse mythique qui semble nous avoir été faite d’en finir un jour avec la nécessité pour jouir enfin d’une Rente Universelle. C’est donc ce dernier terme qui sera ici retenu pour évoquer la dimension fantasmatique que revêt ce projet, et ce choix devrait s’éclairer au fil de la lecture. Cette « utopie » est effectivement facilement concevable et ne semble irréalisable que par la difficulté que nous aurions à l’imposer face à l’inertie ambiante. Sans sous-estimer la question du rapport de force, sur laquelle nous reviendrons, il faudrait d’abord s’attarder sur la désirabilité réelle du projet d’allocation universelle en la confrontant à nos réalités d’aujourd’hui. (...)

-------------Lire l’article...

Articles les plus récents

lundi 13 août 2018
par  LieuxCommuns

La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent

La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le vieux Continent Recension du livre de Stephen Smith (Grasset, 2016) Ce livre a connu une couverture médiatique importante et bienveillante dans les mois qui ont suivi sa sortie, en février dernier : invi­tations télévisées, interviews (...)

mardi 7 août 2018
par  LieuxCommuns

La polis grecque et la création de la démocratie

Texte extrait d’une conférence prononcée le 15 avril 1982 à New York lors d’un symposium « Sur les origines de nos institutions », faisant partie des Hannah Arendt Memorial Symposia in Political Philosophy organisés par la New School for Social Research. L’original anglais a été publié en autonme 1983 (...)

vendredi 27 juillet 2018
par  LieuxCommuns

La mauvaise configuration du système solaire

Épilogue du livre « Le secret de l’Occident. Vers une théorie générale du progrès scientifique » [1997], Flammarion 2007, pp. 815 — 837, intitulé « Les formules magiques futures » La formule magique européenne, si longtemps centre et foyer des sciences et des techniques mondiales, s’est éteinte durant la (...)

mercredi 18 juillet 2018
par  LieuxCommuns

Effondrement et permanence de l’idéologie (3/3)

Voir la partie précédente (.../...) III – L’autonomie comme voie praticable Émergence de l’autonomie La clôture dans laquelle vivent les cultures et les psychismes n’est pas et ne peut pas être totale. Aucune explication, aucune représentation du monde, aucun système de si­gnifications ne peut (...)

jeudi 12 juillet 2018
par  LieuxCommuns

Effondrement et permanence de l’idéologie (2/3)

Voir la partie précédente (.../...) II – Les dimensions bio-anthropologiques L’enracinement anthropologique Notre contemporain peut admettre, à rebours, qu’il a été possédé par une idéologie, mettant cet errement sur le compte d’une inattention passagère – ou de jeunesse – ayant mis provisoirement (...)

jeudi 5 juillet 2018
par  LieuxCommuns

Effondrement et permanence de l’idéologie (1/3)

Ce texte fait partie de la brochure n°22 « Idéologies contemporaines » Effondrement et permanence du politico-religieux Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider (...)