Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.

Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

Nos dernières productions

Émission
Gilets jaunes : une révolution sans révolutionnaires ?
Décembre 2018
Intervention
Écologie et démocratie directe
Novembre 2018
Dossier thématique
Le mouvement des « gilets jaunes »
Novembre 2018
Tract
« Gilets jaunes » : la démocratie directe en germe ?
Novembre 2018
Entretien
Enseigner... la catastrophe
Septembre 2018
Recension
« La ruée vers l’Europe » de S. Smith
Août 2018
Texte
Effondrement et permanence de l’idéologie
Juillet 2018
Émission
La démocratie directe et ses lieux communs
Mai 2018
Brochure
L’horizon impérial (n° 23). Sociétés chaotiques et logique d’empire
Mars 2018
Livre
Sur les fondements idéologiques et les destinées politiques du revenu d’existence
Mars 2018

En guise d’éditorial...

Pour des assemblées générales autonomes

Lors des mobilisations des gens se battent pour leur travail, leurs études, leurs conditions de vie, pour ne pas que d’autres décident à leur place : les Assem­blées Géné­rales (AG) sont le lieu où chacun peut re­nouer des rap­ports humains, s’approprier un pouvoir qu’on lui a confis­qué et inventer une démocratie réelle. Les rela­tions égalitaires qu’on y tisse et les choix aux­quels on est confronté tranchent avec la vie détermi­née et électorale ordinaire. Une assem­blée est un des rares endroits où il est possible de s’éduquer mutuelle­ment à la parole publique, à la discussion collective et à la prise de décision com­mune. Une telle impli­cation peut conduire à un éveil durable à la chose politique comme à un embrigadement ou à un véritable dégoût pour les combats collectifs.

Autour des AG se constituent des petites commu­nautés, où des gens jusqu’ici éparpillés par les ho­raires, les lieux, et les différences se ren­contrent et se retrouvent. Des liens précieux se tissent alors entre corporations, mi­lieux sociaux ou classes d’âge. Ces multiples échanges permettent que s’éla­borent d’autres images de soi que celles imposées par les hié­rarchies ou les statuts officiels, d’autres représenta­tions de la société que celles vé­hiculées par les média. C’est le moment où chacun peut inventer une démo­cratie réelle : des idées no­vatrices, des pratiques origi­nales, des cultures nou­velles peuvent alors être créées. C’est là que peuvent renaître des pensées et des pra­tiques politiques capables de surmonter le naufrage historique de toutes les gauches au XXe siècle.

Une assemblée est fondamentalement un lieu de pouvoir : si celui-ci n’est pas partagé entre tous du mieux possible, c’est qu’il est confisqué par une mi­norité, et les gens rassemblés ne pourront pas faire va­loir leurs revendi­cations propres, ni exprimer la ri­chesse, la force et l’originalité de leur mobilisa­tion.

Face aux manipulations

Se réunir de façon exceptionnelle, en grand nombre, entre gens qui se connaissent peu, pour me­ner une lutte urgente et risquée crée beaucoup d’an­goisse, d’excitation et de fantasmes.

Dans ces circonstances, on a tendance à s’en re­mettre aux « spécialistes » : militants profession­nels des syndicats, partis, groupuscules ou groupes déjà exis­tants. Ils tirent souvent leur légitimité d’être à l’ori­gine du rassemblement, de leur aisance à prendre la parole en public et de leur expérience gestionnaire.

Leur forte implication donne l’illusion qu’ils sont « avec nous ». Mais leur but n’est pas de tenir compte des aspirations des participants : c’est au contraire de s’en servir pour y plaquer des revendi­cations et un mode d’organisation qui ne sert que leurs intérêts poli­tiques ou carriéristes.

Leur mode d’action est répétitif, mais efficace :

  • Préparer : Les militants se sont déjà réunis pour dé­finir une tactique, les mots d’ordre et les revendica­tions sont bouclés, les tracts sont distri­bués, les af­fiches collées et les banderoles dé­ployées, l’ordre du jour est déjà prêt et les décisions n’ont plus qu’à être avalisées par l’AG.
  • Contrôler : La fonction de président de séance, si­non de la tribune, est assurée par un de ces spécia­listes pour in­fléchir le cours de l’AG en minimisant ou en ap­puyant les points à l’ordre du jour, les pro­positions à voter, en gérant la nature ou l’ordre des interven­tions, etc... C’est souvent à eux qu’incombe la tâche de parler à la presse, ou aux autres collectifs.
  • Occuper : Les manipulateurs ne sont pas qu’à la tri­bune : éparpillés dans l’assemblée, ils se relayent pour prendre la parole, appuient leurs interventions réci­proques afin que leurs discours fasse masse. Ils dis­cutent autour d’eux pour convaincre les gens, faire taire, diviser ou occuper leurs opposants.
  • Recruter : Faire circuler une pétition ou une liste de présence leur permet de recueillir vos coordonn­ées pour vous identifier, vous dis­créditer si vous vous op­posez, soit pour vous propo­ser quelques menues res­ponsabilités sous leur contrôle pour avoir une caution de « non-encartés ».

Le prêt-à-porter revendicatif, idéologique et organi­sationnel qu’ils mettent en place par ce noyau­tage est sans rapport avec la diversité et les désirs des gens. Chercher à constituer une as­semblée démocra­tique, c’est tout d’abord s’affronter à ces mili­tants bureaucra­tiques qui n’hésitent pas à mani­puler, me­nacer et sa­boter.(...)
-------------Lire l’article...


Articles les plus récents

vendredi 14 décembre 2018
par  LieuxCommuns

La multiculturalie et les nouvelles armes médiatiques

Textes extraits du bulletin de Guy Fargette « Le Crépuscule du XXe siècle » n°31-32, octobre 2016. La satisfaction des partisans du multiculturalisme est compréhensible devant les succès immenses, si longuement préparés, que leur idéal ne cesse de rencontrer un peu partout dans le monde occidental. Il (...)

mercredi 12 décembre 2018
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : une révolution sans révolutionnaires ? (2/2)

Voir la partie précédente (.../...) Sur les revendications C : Dans le discours de Gilets jaunes, il y a une chose qui nous parle à nous, libertaires, c’est la quotidienneté. Les gens parlent de leur quotidien, alors que dans la vulgate gauchiste ou partisane, c’était plutôt des directions (...)

lundi 10 décembre 2018
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : une révolution sans révolutionnaires ? (1/2)

Retranscription de l’émission « Offensive Sonore » consacrée au mouvement des « gilets jaunes », enregistrée le soir du mercredi 5 décembre 2018 et diffusée le vendredi 7 sur Radio Libertaire (89.4). Les quelques ajouts ont été mis entre crochets. Sommaire Présentation L’originalité de la situation (...)

vendredi 7 décembre 2018
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : tentations révolutionnaires et risque de chaos (2/2)

Voir la première partie (.../...) Les causes fondamentales du mouvement des « gilets jaunes » Ce mouvement trouve sa source dans la rupture d’un modus vivendi qui s’est progressivement mis en place au fil du XXe siècle, dans l’exacte mesure du recul, puis de la fin du mouvement révolutionnaire : (...)

mercredi 5 décembre 2018
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : tentations révolutionnaires et risque de chaos (1/2)

Il est absurde de vouloir affirmer des vérités définitives sur un mouvement en cours, une vague aussi ample, mouvante, hétéroclite et atypique que celle des « gilets jaunes ». Mais on peut essayer de dégager quelques points de repères, éléments de réflexions, sources d’inquiétudes et interrogations tout (...)

mardi 4 décembre 2018
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : Le piège des réseaux sociaux

Le mouvement des gilets jaunes est en train de réinventer la démocratie directe. Il tire sa force de son refus de toutes les organisations existantes, de son choix de l’auto-organisation et de son intelligence collective exceptionnelle. Mais les outils qui ont permis l’insurrection en cours sont (...)