Bienvenue sur le site du collectif Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque. Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez lire notre déclaration.

- Il vous est possible de prendre connaissance de nos activités ou lire nos brochures, tracts, entretiens, analyses, correspondances ou encore notre revue de presse hebdomadaire. Nos textes les plus récents sont présentés ci-dessous.

- La totalité des documents de ce site sont consultables par l’intermédiaire des rubriques, ou en utilisant le moteur de recherche et les mots-clefs. Les commentaires sont ouverts à tout propos censés et argumentés. Vous pouvez également vous inscrire à notre lettre d’information ou nous écrire

En guise d’éditorial...

Les conditions de validité du keynésianisme


Toutes les protestations semblent être keynésiennes

On n’ose qualifier de “discussion” les différentes interventions aussi véhémentes que confuses exprimées contre les politiques économiques en vigueur qui poursuivent leur cours étrange que rien ne vient justifier, sinon qu’il serait “inévitable”. Les solutions opposées préconisées consistent toutes en une version de keynésianisme, national, européen, voire planétaire.

Les marxistes de toutes obédiences avaient voulu voir dans la théorie de Keynes une confirmation hypocrite de leurs thèses : l’intervention, nécessairement politique, de l’État, a provoqué des effets que les théories économiques classiques ne croyaient pas possibles. A ce degré de généralité dans la formulation, le constat est irréfutable, mais comme toujours, les marxistes étant des croyants, ils sous-entendent que cela confirme l’intégralité de leurs thèses, ce qui est évidemment faux. Le rappel de quelques caractéristiques du keynésianisme “réel” est indispensable.

L’arrière-plan des débats des années 1930

De fait, le débat qu’a synthétisé Keynes s’est déroulé dans un contexte très particulier, dont certains termes ne semblent apparaître dans aucun de ses ouvrages. En ce sens, sa théorie présente un escamotage courant pour les théories académiques, attachées à produire un raisonnement discursif achevé, sans nécessairement rappeler toutes les étapes intermédiaires, ni les hétérogénéités qui ont influencé leur élaboration.

La Grande-Bretagne a été animée dans les années 1920 par un débat considérable sur le plafonnement de l’extraction du charbon. Aujourd’hui, le sujet nous est immédiatement familier : ce pays commençait à rencontrer ce que nous appelons aujourd’hui un pic d’extraction. Il est curieux de constater que cette coïncidence est parfaitement connue des historiens de l’économie, mais qu’elle n’a pas pénétré les diverses cultures politiques sclérosées qui quadrillent aujourd’hui un espace public en lambeaux.. (...)

-------------Lire l’article...
Dernières parutions

Derniers textes
Ce que nous appelons extrême-droite - Conservatisme, confusionnisme et proto-fascisme - Tract - Mars 2014 Aider le collectif - Un coup de main est rarement refusé... - Comptes & besoins - Avril 2014 La démocratie directe contre la « démocratie représentative » - Analyse - Avril 2013 Contre la Constituante - Contre-argumentaire et analyse d’une fausse bonne idée - Analyse - Janvier 2014 Voir tous nos textes...
Derniers tracts Ce que nous appelons extrême-droite - Conservatisme, confusionnisme et proto-fascisme - Mars 2014 Élections française 2012 : L’oligarchie à visage humain - Perspectives après les élections présidentielles - juin 2012 Donner sa voix ou prendre la parole ? - Sur la collaboration au maintien de l’oligarchie - avril 2012 Voir tous nos tracts...
Dernières réunions Questions autour de la démocratie directe - Compte-rendu de notre réunion publique de juin 2013 « Sur la situation actuelle... » - Compte-rendu de notre réunion publique de novembre 2012 Voir toutes nos réunions...

Dernière brochure

Brochure n°20 - Avril 2012
PNG - 225.6 ko
Démocratie directe : principes, enjeux, perspectives Voir toutes nos brochures...
Première partie : Contre l’oligarchie, ses fondements politiques, sociaux et idéologiques
-------------------------------Voir tous les documents publiés

Articles les plus récents

lundi 14 avril 2014
par  Collectif

Cet âge d’or qui jamais n’exista (1/2)

Texte extrait du livre de Diamond Jared, « Le troisième chimpanzé : Essai sur l’évolution et l’avenir de l’animal humain », Gallimard 2000, p 361 - 394, Introduction à la partie « L’inversion brutale de (...)

jeudi 3 avril 2014
par  Collectif

Ce que nous appelons extrême droite

Les crises économiques ont souvent débouché dans l’Histoire sur des mouvements d’extrême droite, et il se pourrait que nos sociétés européennes en prennent le chemin. L’écho que rencontre l’apparente (...)

mardi 1er avril 2014
par  Collectif

Aider le collectif

L’autonomie des uns commençant là où commence celle des autres, ce sont vos libres initiatives qui nous intéressent en premier lieu. Mais nous ne refusons pas les coups de mains, réguliers ou (...)

dimanche 30 mars 2014
par  Collectif

La « terreur de l’Histoire »

Premières parties du chapitre IV du livre de M. Eliade, « Le mythe de l’éternel retrour. Archétypes et répétition » (1949), Gallimard 2011. La survivance du mythe de l’éternel retour Le problème que (...)

vendredi 21 mars 2014
par  Collectif

La démocratie directe contre la « démocratie représentative » (2/2)

(.../...) Première partie disponible ici III. Le peuple a la « démocratie » qu’il mérite Lorsque nous parlons de décomposition sociale, nous parlons essentiel­lement de la perte de sens de la vie (...)

samedi 15 mars 2014
par  Collectif

La démocratie directe contre la « démocratie représentative » (1/2)

Ce texte fait partie de la brochure n°20, « Démocratie directe : Principes, enjeux, perspectives - Première partie : Contre l’oligarchie, ses fondements politiques, sociaux et idéologiques ». Elle (...)

mardi 11 mars 2014
par  Collectif

Anarchie et démocratie radicale : accords et désaccords (3/3)

Partie précédente disponible ici (.../...) V. La discussion sur le pouvoir reprend à partir d’une lecture de l’actualité du 30 mai 1996. Pour Gérard, le délabrement de la vie sociale et politique est (...)

Brèves

J. Baudrillard

vendredi 17 décembre 2010

"Les indigènes mélanésiens étaient ravis par les avions qui passaient dans le ciel. Mais jamais ces objets ne descendaient vers eux. Les Blancs, eux, réussissaient à les capter. Et cela parce qu’ils disposaient au sol, sur certains espaces, d’objets semblables qui attiraient les avions volants. Sur quoi les indigènes se mirent à construire un simulacre d’avion avec des branches et des lianes, délimitèrent un terrain qu’ils éclairaient soigneusement la nuit et se mirent à attendre patiemment que les vrais avions s’y posent.

Sans taxer de primitivisme (et pourquoi pas ?) les chasseurs-collecteurs anthropoïdes errant de nos jours dans la jungle des villes, on pourrait voir là un apologue sur la société de consommation. Le miraculé de la consommation lui aussi met en place tout un dispositif d’objets simulacres, de signes caractéristiques du bonheur, et attend ensuite (désespérément, dirait un moraliste) que le bonheur se pose.« J. Baudrillard, 1970 ; »La société de consommation", Gallimard, pp. 26-27