Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.

Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

Nos dernières productions

Analyse
Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques
Janvier 2019
Texte
Gilets jaunes : la révolution précipitée
Janvier 2019
Brochure
Le mouvement des gilets jaunes (n° 23)
Décembre 2018
Émission
Gilets jaunes : « Les gens expérimentent et ils ont raison de le faire »
Décembre 2018
Intervention
Gilets jaunes et démocratie directe : convergences et obstacles
Décembre 2018
Dossier thématique
Le mouvement des « gilets jaunes »
Novembre 2018
Tract
« Gilets jaunes » : la démocratie directe en germe ?
Novembre 2018
Entretien
Enseigner... la catastrophe
Septembre 2018
Recension
« La ruée vers l’Europe » de S. Smith
Août 2018
Texte
Effondrement et permanence de l’idéologie
Juillet 2018
Livre
Sur les fondements idéologiques et les destinées politiques du revenu d’existence
Mars 2018

En guise d’éditorial...

L’injustice : les fondements sociaux de la soumission et de la révolte (Barrington Moore, Jr.)

(...) De toute évidence, l’existence de règles sociales et les violations de ces règles sont des composantes essentielles de l’indignation morale et du sentiment d’injustice. Il s’agit au fond de l’indignation qu’on éprouve lorsque quelqu’un d’autre enfreint une règle sociale. (…) Sans ces règles qui dictent la conduite en société, il ne pourrait y avoir ni indignation morale ni sentiment d’injustice. De même, il ne pourrait y avoir de conscience de l’injustice sociale s’il était possible de faire accepter n’importe quelles règles aux êtres humains. (…)

Dans la mesure où il existe des éléments récurrents ou constants dans toutes les formes d’indignation morale, ceux-ci naîtraient obligatoirement de l’interaction entre des aspects à peu près constants de la nature humaine et des impératifs également récurrents liés à l’obligation pour les êtres humains de vivre en société. (…)

Je propose à titre d’hypothèse une conception de la nature humaine innée, c’est-à-dire qu’elle précède les influences sociales sans pour autant y être imperméable. (…) Si cette conception a une quelconque validité, elle nous entraîne nécessairement vers la notion d’une « morale naturelle » en ce sens que certaines préférences morales, notamment négatives, ne sont pas la simple conséquence de l’éducation et du conditionnement social. (…)

La capacité humaine à supporter souffrances et abus est impressionnante, même tragiquement impressionnante. [Il note également que sans cette capacité, l’humanité aurait disparu depuis longtemps.] D’ailleurs, cette donnée se trouve au cœur des questions abordées tout au long de cet ouvrage. Dit dans un sens légèrement différent, c’est justement cette capacité qui est à l’origine de ces questions, puisque les réactions aux abus dépassent de loin le simple réflexe. Mais si la capacité à endurer des abus est aussi grande, sous quelles conditions et pourquoi les êtres humains cessent de les supporter ?

L’auteur propose des critères permettant d’identifier les situations qui donneraient universellement naissance à un sentiment d’injustice sociale.

  • La situation soulève généralement de l’indignation dans la culture occidentale moderne.
  • La situation soulève également un sentiment d’indignation morale dans certaines sociétés non occidentales, tant des sociétés sans écriture que des sociétés évoluées comme la Chine ou l’Inde.
  • Dans une situation où l’on s’attendrait normalement à rencontrer des réactions d’indignation morale mais d’où elles semblent absentes, on devrait aussi trouver des mécanismes sociaux et psychologiques qui profitent de la plasticité de la nature humaine pour inhiber la colère et l’indignation.

Lorsqu’il aborde la question de l’autorité, B.M. précise que ce n’est qu’un moyen parmi tant d’autres utilisés pour coordonner la vie en société. Il cite la coercition à l’état pur (plutôt rare) ; le marché ; et enfin la coutume :

Des groupes relativement restreints élaborent pour eux-mêmes des règles qu’ils appliquent plus ou moins. La régularité et l’ordre que l’on trouve dans ces comportements sont le fruit d’une surveillance et de sanctions mutuelles, mais aucun individu ni aucun groupe ne parvient à en tirer un avantage suffisant pour pouvoir dominer les autres.(...)
-------------Lire l’article...


Articles les plus récents

lundi 14 janvier 2019
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : la violence et l’impasse

Le mouvement des gilets jaunes ne paraît plus que rythmé par les « Actes » successifs, manifestations urbaines dont ne sont retenues que les « violences », les images, les décomptes des victimes, des arrestations, etc. En se réduisant à ce scénario unique, le mouvement s’engouffre dans une impasse dans (...)

mercredi 9 janvier 2019
par  LieuxCommuns

Ni gauchistes ni fachos, les gilets jaunes sont politiques

Après avoir tenté, en vain, de disqualifier le mouvement des gilets jaunes comme proto-fasciste, les médias dominants et toute la gauche tente depuis, pitoyablement, de le récupérer en le réduisant à un « mouvement social » un peu particulier. Mais ils ne peuvent le faire qu’en passant sous silence (...)

samedi 5 janvier 2019
par  LieuxCommuns

Retirer les crocs au parti-journaliste

Tract supplément au « Crépuscule du XXe siècle » n°37, janvier 2019. Tous ceux qui présentent le régime actuel comme une démocratie insultent à notre intelligence. Le régime est une oligarchie, où le pouvoir ne circule qu’entre quelques milieux restreints. Les cercles technocrates ont directement pris en (...)

jeudi 3 janvier 2019
par  LieuxCommuns

Revues de presse - Archives 2019

Revue de presse de la semaine en cours disponible sur cette page Présentation de la revue de presse ici Revue de presse spéciale gilets jaunes semaine en cours (...) Revue de presse normale du 06.01 au 12.01.19 Emmanuel Macron : coup d’État phase II ? Comprendre le malaise tunisien en cartes (...)

mercredi 2 janvier 2019
par  LieuxCommuns

Gilets jaunes : La révolution précipitée

Ce texte fait partie de la brochure n°24 « Le mouvement des gilets jaunes » Surgissement populaire et démocratie directe en germe Elle sera bientôt en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez (...)