Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.
Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons «essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres». Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

Nos dernières productions

Texte Entretien Tract Brochure Correspondance Dossier
Introduction à la brochure « Idéologies contemporaines »
Avril 2018
Les réfugiés de l’intérieur
Janvier 2018
Élections 2017 : le coup d’État oligarchique
juin 2017
L’horizon impérial (n° 23)
mars 2018
Anmerkungen zur „Erklärung von Lieux Communs“
Février 2018
La « campagne » électorale de 2017
Février 2017
Textes à venir...

En guise d’éditorial...

Les mouvements des années soixante


L’ « interprétation » de Mai 68 en termes de préparation (ou d’accélération) de l’« individualisme » contemporain constitue une des tentatives les plus extrêmes que je connaisse – compte tenu de la bonne foi incontestable des auteurs – de récrire en dépit de toute vraisemblance une histoire que la plupart d’entre nous avons vécue, d’altérer le sens des événements alors qu’ils sont encore, si je peux dire, presque chauds. Tout ce qui a introduit une novation formidable – et dont les effets sont, souvent, encore présents – dans la vie des sociétés contemporaines, de la société française tout particulièrement, est, dans cette perspective, gommé. Les semaines de fraternisation et de solidarité active, où l’on adressait la parole à n’importe qui dans la rue sans craindre de passer pour fou, où tout conducteur de voiture s’arrêtait pour vous prendre en stop leur vérité aura donc été l’égoïsme hédoniste. « Parlez à vos voisins », slogan écrit sur les murs en Mai 68, préparait sournoisement l’isolement moderne des individus dans leur sphère privée. Les sit-ins et teach-ins de tous ordres, où professeurs et étudiants, enseignants et élèves, médecins, infirmiers et personnels auxiliaires, ouvriers, ingénieurs, contremaîtres, cadres commerciaux et administratifs sont restés pendant des jours et des nuits à discuter de leur travail, de leurs relations, des possibilités de transformer l’organisation et les finalités de leur entreprise contenaient en germe la vue d’autrui comme « gadget loufoque ». Lorsque, dans le grand amphithéâtre plein à craquer de la Sorbonne, les « délégués » des catégories les plus hétéroclites et les plus improbables de la population – des retraités aux handicapés – se levaient pour demander qu’enfin la société les écoute et les entende, ils ne savaient sans doute ni ce qu’ils disaient ni ce qu’ils faisaient.

Dans et par le mouvement de Mai a eu une formidable re-socialisation, même si elle s’est avérée passagère. Les gens ne demandaient pas à sentir la chaleur et l’odeur les uns des autres – ni seulement à « être ensemble ». Ils étaient animés par les mêmes dispositions : négativement, un immense rejet de la futilité vide et de la bêtise pompeuse qui caractérisaient alors le régime gaulliste comme aujourd’hui le régime mitterrando-chiraquien ; positivement, le désir d’une plus grande liberté pour chacun et pour tous. Les gens cherchaient la vérité, la justice, la liberté, la communauté. Ils n’ont pas pu trouver des formes instituées qui incarneraient durablement ces visées. Et – on l’oublie presque toujours – ils étaient une minorité dans le pays. Cette minorité a pu s’imposer pendant plusieurs semaines, sans terreur ni violence : simplement parce que la majorité conservatrice avait honte d’elle-même et n’osait pas se présenter en public. La minorité de Mai aurait, peut-être, pu devenir une majorité si elle était allée au-delà de la proclamation et de la manifestation. Mais cela impliquait une dynamique d’un autre type dans laquelle, visiblement, elle n’a ni voulu ni pu entrer. Si l’on veut comprendre où était l’ « individualisme » en Mai 68, qu’on réfléchisse donc sur ce qui, après la modification des accords de Grenelle, a scellé l’effritement du mouvement : le réapprovisionnement des pompes à essence. L’ordre a été définitivement rétabli, lorsque le Français moyen a pu de nouveau, dans sa voiture, avec sa famille, rouler vers sa résidence secondaire ou son endroit de pique-nique. Cela lui a permis, quatre semaines plus tard, de voter à 60 % pour le Gouvernement.(...)

-------------Lire l’article...

Последние статьи

четверг 26 Апрель 2018
от LieuxCommuns

Un curieux dialogue

Extrait du chapitre 4, «Islam, Europe et Laïcité. Éléments de réalité» du livre de D. Sibony «Islam, phobie, culpabilité», Odile Jacob 2013, pp. 123-128. On lira ici une recension du livre. Dialogue entre un auteur musulman, notamment de programmes télé, et un érudit non musulman, lors d’une (...)

четверг 19 Апрель 2018
от LieuxCommuns

Introduction de la brochure «Idéologies contemporaines»

Ce texte fait partie de la brochure n°22 «Idéologies contemporaines» Effondrement et permanence du politico-religieux Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider à (...)

пятница 13 Апрель 2018
от LieuxCommuns

La philosophie comme antidote

Article paru dans Le Monde du 24 novembre.1995. Source : http://palimpsestes.fr/textes_philo... A la suite de Heidegger, nombre de ses épigones continuent à chanter l’air de la fin de la philosophie (de la métaphysique, de l’onto-logo-théo-phallocentrisme, etc.). Heidegger, du moins, voulait que la (...)

пятница 6 Апрель 2018
от LieuxCommuns

Les meilleurs serviteurs de la multiculturalie (2/2)

Textes extraits du bulletin de Guy Fargette « Le Crépuscule du XXe siècle » n°31-32, octobre 2016. La satisfaction des partisans du multiculturalisme est compréhensible devant les succès immenses, si longuement préparés, que leur idéal ne cesse de rencontrer un peu partout dans le monde occidental. Il (...)

суббота 31 Март 2018
от LieuxCommuns

Nous aider

L’autonomie des uns commençant là où commence celle des autres, ce sont vos libres initiatives qui nous intéressent en premier lieu. Mais nous ne refusons pas les coups de mains, réguliers ou occasionnels, au-delà des discussions autour des idées que nous avançons. Cette page est consacrée à nos (...)

среда 28 Март 2018
от LieuxCommuns

Parution de la brochure n°23 : « L’horizon impérial »

Ce texte fait partie de la brochure n°23 «L’horizon impérial» Sociétés chaotiques et logique d’empire Brochures Elle est en vente pour 3 € dans nos librairies. Les achats permettent notre auto-financement et constitue un soutien aux librairies indépendantes (vous pouvez également nous aider à la (...)