La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent

Recension du livre de Stephen Smith (Grasset, 2018)
lundi 13 août 2018
par  LieuxCommuns

La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le vieux Continent
Recension du livre de Stephen Smith (Grasset, 2018)

Ce livre a connu une couverture médiatique importante et bienveillante dans les mois qui ont suivi sa sortie, en février dernier : invi­tations télévisées, interviews radiophoniques, articles de journaux. Cité par le président français lors du débat célébrant sa première année au pouvoir, il a reçu le prix du Livre Géopolitique 2018, remis par le Ministre des Affaires Étrangères. Une telle bienveillance contraste avec son propos principal : L’explosion démographique de l’Afrique ne peut qu’entraîner de gigantesques et inévitables flux migratoires en Europe de l’ordre de centaines de millions de personnes, qui débutera dès qu’un seuil de prospérité économique permettant l’exode sera franchi.
La tolérance de ce livre par le gauchisme culturel ambiant – il n’a fait l’objet d’aucune attaque ni de contre-argumentaire [1], à la surprise de l’auteur – est donc d’autant plus intrigante qu’il rend offi­ciels des constats et des perspectives qui, jusqu’ici, étaient sans discussion placés sous l’étiquette infamante d’« extrême-droite » – du « Grand Remplacement » de Renaud Camus au « Camps des Saints » en passant par « l’invasion » des LePen. Stephen Smith, il est vrai, présente un pedigree hors de tout soupçon : au­jourd’hui professeur d’études africaines aux États-Unis, il a d’abord été correspondant en Afrique pour Reuters, RFI, Libération, Le Monde puis analyste pour l’ONU et l’ONG International Crisis Group. Mais d’autres chercheurs tout aussi respectables s’étaient risqués sur ces thématiques et en payent encore le prix (H. Lagrange ou M. Tribalat, par exemple). Sans doute ce paradoxe s’éclairera au fil des années.

Au fond, l’ouvrage de S. Smith n’apporte rien de nouveau : les faits qu’il décrit et qui construisent son raisonnement étaient connus de longue date pour qui s’était penché sur ces ques­tions à partir de quelques livres (sa bibliographie est touffue), ou même de simples constatations de la réalité pour quiconque a été en contact d’une manière ou d’une autre avec les milieux immigrés ou a posé un pied au sud du Sahara, ne serait-ce que quelques jours. Mais l’ensemble présente une synthèse efficace qui forme un cadre global d’analyse et, surtout, ruine un nombre impressionnant d’a priori sur le continent Africain, son développement économique et le phénomène migratoire, autant de pi­liers idéologiques de la bien-pensance contemporaine.

Un continent submergé par sa jeunesse

Cela s’explique facilement par le fait que S. Smith s’appuie sur le principe simple (apparemment étayé dans un livre précédent Négrologie : pourquoi l’Afrique meurt [2]) selon lequel les Africains mé­ritent d’être considérés non plus comme des agents passifs de puissances étrangères, mais bien comme des acteurs responsables, des auteurs de leurs actes, bref des sujets politiques tout autant que les Occidentaux et que les priver de la responsabilité de leur situation les ampute de toute capa­cité à agir sur leur destinée collective. Il ne s’agit certainement pas de nier l’histoire cataclysmique du continent, – mais celles de la Chine Maoïste, de la Russie soviétique ou de l’Alle­magne hitlérienne ne le sont certainement pas moins – mais bien de se donner la possibilité de ne plus y être aliéné. Cette approche est celle, pleine et entière, portée par tous les acteurs de l’émancipation individuelle et collective ; leurs ennemis sont les mêmes.
C’est d’ailleurs dans ce passé, sans surprise, que l’on trouve les origines de l’explosion démogra­phique africaine : l’esclavagisme arabo-musulman puis occidental d’abord (28 millions d’êtres hu­mains en tout, systématiquement éliminés au Maghreb et au Moyen-Orient pour les premiers, dé­portés outre-Atlantique pour les seconds), un « choc bactérien », ensuite, comparable à celui qu’ont connu les Amériques, ont entraîné un sous-peuplement endémique contrastant avec le décollage dé­mographique du reste du monde au début du XXe siècle (p. 24 - 42). Et ce sont évidemment les po­litiques coloniales de « développement » et de « santé globale », mises en place après la première guerre mondiale qui sont à l’origine de la croissance démultipliée des populations africaines. C’est ce versant du colonialisme occidental, bien plus que tout autre, qui est à l’origine de la situation ac­tuelle, et pourtant jamais dénoncé dans les diatribes tiers-mondistes…
La tendance à la surpopulation était-elle contrôlable lors des indépendances ? Les gouverne­ments des jeunes nations subsahariennes n’ont en tous cas même pas essayé depuis trois généra­tions, voire l’ont ouvertement encouragée (p.66 sqq), pas plus qu’ils n’ont cessé de piller et d’or­chestrer les prédations à court terme de leurs propres pays, transformant un hyper-dynamisme démo­graphique – qui manque tant à l’Occident pour poursuivre sa croissance – en explosion immaîtri­sable : les effectifs des populations d’Afrique noire ont quadruplé entre 1960 et 2015, passant de 230 millions à un milliard, ils seront multipliés par 16 entre 1930 et 2050, atteignant alors 2,5 mil­liards d’individus, un quart de l’humanité (p. 16). A cette date, le quart des européens sera d’origine africaine (p. 17) et en 2100 la moitié des humains de la planète le sera [3]. Le continent n’ayant mené aucune révolution agricole ni développement industriel (p. 73 sqq), il s’engouffre dans la société de consommation autant qu’il est possible sans jamais s’approprier de quelque façon ses conditions de réalisations économiques, scientifiques, politiques, sociales ou culturelles (p. 115 sqq). Il est clair pour l’auteur que, si ce qui est visé est un niveau de vie à l’occidental (mais en conservant un mode de vie du tiers-monde), « de quelque façon que l’on s’y prenne, il n’y en aura jamais assez pour tout le monde » (p. 47).

L’exil hors du continent africain, soit une émigration continue, croissante, massive, s’impose, dans l’état actuel des choses, sans discussion. La question est : de quoi serait-ce la solution ?

Émigration, immigration : la perpective MAD

Pour Stephen Smith, le départ des africains hors de leurs terres natales, vers la ville d’abord, le pays voisin ensuite, enfin l’Europe, non seulement n’améliore en rien les frustrations africaines, mais les aggrave considérablement – et d’abord en accréditant la conviction omniprésente que la « vraie vie » est ailleurs (p. 23). Les processus sont plus ou moins bien connus : « fuite des cer­veaux » ; exil d’une classe moyenne constitutive d’une « société civile » au rôle crucial (p. 216) ; contre-exemplarité et désespérance pour ceux qui restent de gré ou de force ; financement en retour des réseaux locaux familiaux, ethniques, religieux (p.213 sqq) et surtout gérontocratiques (p.257) que fuient précisément les expatriés (p. 213) ; constitution d’une « rentre  » ou d’un «  racket migra­toire » entretenant les États africains dans un cercle vicieux allant de la dépendance à la prédation (p. 117 sqq  ; p. 192 sqq), exacerbant les inégalités sociales (p. 140) tout autant que les multiple ten­sions qui fracturent le continent (p. 129 sqq) – elles-mêmes décuplées par les migrations intra-afri­caines (p. 162 sqq). L’émigration africaine est une fuite en avant qui s’auto-engendre au nom de cette évidence première : le « développement », quoi qu’on entende par là, ne se fait pas par contu­mace.

De manière identique, l’immigration – bien que l’auteur s’en défende dans ses interviews [4]. Non seulement l’apport de ces «  bras  », de ces «  cerveaux  » (p. 28) ou de cette « chair à retraites » (p.179) ne résout ni ne résoudra aucun des problèmes économiques du Vieux Continent (p. 207 sqq), mais les migrants sont avant tout des êtres humains qui emmènent avec eux leur culture pris dans le mythe d’un multiculturalisme « à l’américaine » : millénarisme musulman pour les uns, pen­tecôtiste pour les autres (p. 168 sqq), xénophobie (p. 189), homophobie (p. 215), opportunisme (p. 166) et culture de la clandestinité, sentiment anti-français (p. 135) et ressentiment post-colonial (p. 219), anomie généralisée (p. 170). Les diasporas africaines gagneraient même à se constituer en « enclaves étrangères » sur le territoire afin de servir de « tête de pont » ou même, à terme, à s’éri­ger d’elles-mêmes comme « officiers des affaires indigènes » [5] (p 218 sqq).… Tout cela annonce évi­demment une stratification ethno-raciale des sociétés d’accueil et la disparition à terme de tout État-providence ou possibilité démocratique ; tel est la scénario de « L’eurafrique », celui que nous vend l’opinion médiatique (p. 226 sqq). L’auteur ne se risque pas à une telle formulation, mais il annonce bien entendu la tiers-mondisation de l’Occident dont il est question, c’est-à-dire de sa fin en tant que réalisation partielle d’un idéal d’égalité et de liberté laborieusement élaboré au fil des siècles.

La « ruée vers l’Europe » qu’annonce Stephen Smith se présente comme l’équivalent de la straté­gie MAD (Mutual Assured Destruction) qui a régenté l’équilibre de la terreur lors de la guerre froide : la plus grande explosion démographique que l’humanité ait jamais connue déboucherait sur la destruction réciproque de l’Afrique comme terre habitable et de l’Europe comme horizon poli­tique potentiellement universel. Un processus similaire se déroule en Amérique du Nord, qui aimante toutes les populations du sous-continent.
L’ultime scénario dessiné par l’auteur, le « retour au protectorat  » (p. 233 sqq), en est une forme dont il ne semble pas soupçonner la force historique : la mise en place d’un quasi-empire Euro-Afri­cain, avec son centre pacifié et son limes menaçant [6]. L’attrition énergétique serait un formidable ca­talyseur de la fin de la modernité, deux processus indiscutables que l’auteur ne mentionne pas, et d’un retour de formes politiques et sociales millénaires d’une brutalité naïvement oubliée.

L’échec de la bonne conscience occidentale

Au-delà de ces considérations, l’intérêt du travail de S. Smith est de ruiner les discours convenus et ethnocentriques sur les responsabilités de l’Occident dans cette situation. Ou plutôt : il fait de cette mauvaise conscience elle-même le moteur de cette aggravation.
Car c’est bien le discours misérabiliste tenu par l’Occident qui contribue à désespérer d’eux-mêmes les Africains, tout comme son symétrique artificiel, la rhétorique irréelle sur le « miracle africain », qui se refuse à seulement formuler les impasses cataclysmiques du continent [7]. Le dis­cours pro-immigration tout autant que l’« aide au développement » les financent, les nourrissent, les approfondissent, les accélèrent, les amplifient. La « politique de la pitié » (p. 171) n’est pas une po­litique ; c’est un « narcissisme moral » (p. 227) et doloriste qui sacrifie la lucidité, la responsabilité et le courage sur l’autel des bons sentiments.
On retrouve là la notion si éclairante, ignorée de S. Smith, de « culpabilité narcissique » que Da­niel Sibony a avancé de son côté [8] pour expliquer la complaisance occidentale vis-à-vis de l’offen­sive musulmane : prendre sur soi la faute des autres offre un ascendant pervers qui s’auto-entretien en cantonnant l’altérité dans un infantilisme souriant. Cette posture a bien entendu son complément logique, opérant de moins en moins silencieusement dans tout le monde non-occidental : le complo­tisme victimaire qui s’incarne dans ce phénomène singulier d’auto-déportation (p. 24 ; p.146) dans les terres étrangères, rivales, adverses, voire ennemies, largement porteur d’une violence d’autant plus incontrôlable qu’elle est sans cesse déniée et informulée.
Cette configuration – que l’on pourrait qualifier de sociopsychanalytique – est bien entendue malsaine au plus haut point, sinon potentiellement dévastatrice. Elle hérite de ce que S. Smith a ap­pelé la « rencontre coloniale », et annonce une « rencontre migratoire » sous des auspices bien plus sombres puisque n’étant sous-tendue par strictement aucun projet politique positif.
La ruée vers l’Europe s’achève sur des ébauches de scénarios crédibles, peu reluisants. Mais malgré son titre et sa comparaison fugace avec le surplus migratoire européen du XIX s’exportant vers les Amériques, l’Australie et l’Afrique (p. 189), l’auteur semble s’être interdit la possibilité du pire : La haine anti-blancs qui meut des dizaines de millions de personnes de l’Afrique du Sud à Beaumont-sur-Oise, du Zimbabwe aux ghettos américains exprime un sentiment de revanche histo­rique hallucinée, de plus en plus exprimé tel, qui pourrait bien rappeler aux Occidentaux qu’ils n’ont jamais eu le monopole des mas­sacres de masse.

Lieux Communs
2 – 3 juillet 2018


[1Contrairement à son ouvrage de 2003 (cf. infra) de la part des tiers-mondistes officiels.

[2Calmann-Lévy, 2003.

[3Encore ces proportions doivent-elles être relativisées, d’abord comme l’implique tout exercice de prospective, en­suite parce que, de l’aveu même de l’auteur, prendre trop au sérieux tout chiffre (démographique ou économique) en provenance d’un « État » africain est « périlleux »… (p. 33 sqq)

[4… prétendant régulièrement que l’Angleterre reste toujours l’Angleterre avec une capitale habitée aujourd’hui pour moitié par des non-natifs. Ainsi les attaques à l’acide, le Bacha Bazi visant les adolescentes blanches ou les tribunaux islamiques sont des traditions victoriennes bien vivantes.

[5« Les Africains installés derrière les lignes ennemies se laveraient ainsi du soupçon d’avoir conclu une paix sépa­rée avec l’ancien colonisateur et s’assureraient une rente de situation comme intermédiaires indispensables »...

[6Voir l’Horizon impérial. Sociétés chaotiques et logique d’empire, brochure n°23, mars 2018.

[7Voir par exemple la chronique aussi lucide qu’ahurissante de Yann Gwet « En Afrique, un aveuglement collectif face à une réalité terrifiante », le Monde Afrique, 19.06.2018

[8Islam, phobie, culpabilité, Odile Jacob, 2013.


Commentaires

Logo de LieuxCommuns
La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent
mardi 25 septembre 2018 à 13h30 - par  LieuxCommuns

Laissées plus de six mois sans réponse « officielle » – comme nous le notions –, les thèses de S. Smith en ont enfin reçue une par la voix de François Héran. Titulaire de la chaire « Migrations et sociétés » au Collège de France et directeur l’Institut convergences Migrations coordonné par le CNRS, il a publié ce 18 septembre « Comment se fabrique un oracle. La prophétie de la ruée africaine sur l’Europe » simultanément sur les sites de La Vie des idées et de son institut.

Le fond de son argumentation est fort curieuse.
Il commence par avaliser largement l’explosion démographique subsaharienne (doublement de la population d’ici 2050 pour atteindre 2,2 milliards) ainsi que le phénomène d’émigration provoqué par le développement (les aides au développement sont bien un prime au départ). Tout cela, précise F. Héran, est largement connu depuis plus de trente ans, et une bonne partie du texte reproche même à S. Smith de les ignorer… Stratégie classique de défense, qui consiste à passer subitement du déni à l’accusation de trivialité, le tout saupoudré du reproche d’amateurisme (laissez donc faire les spécialistes).
Où pêcherait donc la projection de ce S. Smith, en annonçant des migrations massives de l’Afrique vers l’Europe ? Le raisonnement de F. Héran est simple : (1) l’Afrique ne va pas se développer, nous dit notre spécialiste des migrations, et son taux de fécondité ne va pas baisser ; (2) les populations de ce type de pays n’émigrent pas (chiffres, tableaux et graphiques à l’appui, ad nauseum), donc ; (3) les subsahariens n’immigreront pas en Europe. Il s’ensuit que « si l’on ouvrait davantage les frontières, ce n’est pas la « misère du monde » qui s’inviterait chez nous mais la richesse émergente », comme tout le monde peut le constater, et l’immigration en provenance du Mexique, de la Turquie, de Maghreb et de l’Asie Centrale va donc continuer.

François Héran nous annonce donc une bonne nouvelle : l’Afrique subsaharienne va continuer de se sur-peupler et de se paupériser (on évoquera une autre fois les conséquences du changement climatique, les guerres probables, les famines prévisibles et les épidémies en cours) mais l’Europe n’a vraiment rien à craindre (sauf si elle aide l’Afrique à se développer).

On connaissait le cynisme des partisans des mouvements massifs de populations, il s’étale là dans toute sa splendeur. Les multinationales occidentales et asiatiques peuvent continuer à piller l’Afrique, les roitelets locaux à pousser leur classe moyenne au départ, les passeurs à faire leur boulot, le patronat à liquider les vestiges des résistances ouvrières, les oligarchies à fragmenter leurs populations et liquider les institutions de solidarité, et, par-dessus tout, les bien-pensants à bien-penser. C’est ça qui, en définitive, est important, non ?

LC