Bienvenue sur le site Lieux Communs

Nous voulons œuvrer pour une auto-transformation radicale de la société et l’instauration d’une démocratie directe capable d’établir l’égalité des revenus pour tous et de provoquer une redéfinition collective des besoins. Nous y voyons un début de solutions aux problèmes politiques, économiques et écologiques qui ravagent notre époque.

Nos positions ne sont pas des dogmes et ce site se donne pour vocation de les élaborer, de les diffuser et de les discuter. Les documents divers régulièrement publiés ici ne sont pas forcément de nous. Ils sont tous une invitation au travail de chacun, nullement des produits finis à consommer. Nous préférons « essayer d’activer en chacun ce qui ferait désirer la liberté et la fin de la domination, plutôt que de donner des leçons et des ordres ». Vous pouvez commencer par lire notre présentation et notre forum aux questions. Il est également possible de s’abonner à notre lettre d’information pour suivre nos publications et notre revue de presse, ou de nous écrire ici ou .

Nos dernières productions

Correspondance
Correspondances diverses II
Avril 2019
Texte
L’horizon impérial
Mars 2019
Recension
« Qu’est-ce que l’Occident ? » de P. Nemo
Février 2019
Analyse
Putsch gauchiste à Commercy
Février 2019
Brochure
Le mouvement des gilets jaunes (n° 23)
Décembre 2018
Intervention
Gilets jaunes et démocratie directe : convergences et obstacles
Décembre 2018
Dossier thématique
Le mouvement des « gilets jaunes »
Novembre 2018
Tract
« Gilets jaunes » : la démocratie directe en germe ?
Novembre 2018
Entretien
Enseigner... la catastrophe
Septembre 2018
Livre
Sur les fondements idéologiques et les destinées politiques du revenu d’existence
Mars 2018

En guise d’éditorial...

Transformation sociale et création culturelle

(...)
Lorsque, après Salamine, les Athéniens retournèrent dans leur ville, ils trouvèrent l’Hekatompedon et les autres temples de l’Acropole incendiés et détruits par les Perses. Ils ne se sont pas mis à les restaurer. Ils en ont utilisé ce qui restait pour égaliser la surface du rocher et remplir les fondations du Parthénon et des nouveaux temples. Si Notre-Dame était détruite par un bombardement, impossible d’imaginer un instant les Français faisant autre chose que ramassant pieusement les débris, essayant une restauration ou laissait les ruines en l’état. Et ils auraient raison. Car mieux vaut un minuscule débris de Notre-Dame que dix tours Pompidou. Et l’ensemble de la culture contemporaine est écartelé entre une répétition qui ne saurait être qu’académique et vide, parce que séparée de ce qui assurait autrefois la continuation/variation d’une tradition vivante et substantiellement liée aux valeurs substantives de la société ; et une pseudo-novation archi-académique dans son « anti-académisme » programmé et répétitif, fidèle reflet, pour une fois, de l’effondrement des valeurs substantives héritées. Et cette relation, ou absence de relation, avec des valeurs substantives est aussi un des points d’interrogation qui pèsent sur la culture néo-populaire moderne.

***

Personne ne peut dire ce que seront les valeurs d’une nouvelle société, ou les créer à sa place. Mais nous devons regarder « avec des sens sobres » ce qui est, pourchasser les illusions, dire fortement ce que nous voulons ; sortir des circuits de fabrication et de diffusion des tranquillisants, en attendant de pouvoir les casser. Décomposition de la « culture », et comment non, lorsque pour la première fois dans l’histoire, la société ne peut rien penser et rien dire sur elle-même, sur ce qu’elle est et ce qu’elle veut, sur ce qui pour elle vaut et ne vaut pas - et d’abord, sur la question de savoir si elle se veut comme société, et comme quelle société ? Il y a aujourd’hui question de la socialisation, du mode de socialisation et de ce que celui-ci implique quant à la socialité substantive. Or les modes de socialisation « externes » tendent de plus en plus à être des modes de dé-socialisation « interne ». Cinquante millions de familles isolées chacune dans son logement et regardant la télévision représentent à la fois la socialisation « externe » la plus poussée que l’on ait jamais connue, et la désocialisation « interne », la privatisations la plus extrême. Il est fallacieux de dire que c’est la nature technique des media qui en est, comme telle, responsable. Certes, cette télévision va comme un gant à cette société, et il serait absurde de croire qu’on y changerait quelque chose en changeant le « contenu » des émissions. La technique et son utilisation sont inséparables de ce dont elles sont les vecteurs. Ce qui est en cause, c’est l’incapacité/impossibilité pour la société actuelle pas seulement et pas tellement d’imaginer, inventer et instaurer un autre usage de la télévision, mais de transformer la technique, télévisuelle de sorte qu’elle puisse faire communiquer les individus et les faire participer à un réseau d’échanges - au lieu de les agglomérer passivement autour de quelques pôles émetteurs. Et pourquoi ? Parce que, depuis longtemps déjà, la crise a rongé la socialité positive elle-même comme Valeur substantive.

Il y a, ensuite, question de l’historicité.. L’hétéronomie d’une société - comme d’un individu - s’exprime et s’instrumente aussi dans la relation qu’elle instaure avec son histoire et l’histoire. La société peut être engluée dans son passé, le répéter - croire qu’elle le répète – interminablement ; ainsi les sociétés archaïques ou la plupart des sociétés « traditionnelles ». Mais il y a un autre mode de l’hétéronomie, né sous nos yeux : la prétendue « table rase » du passé qui est en vérité - parce qu’il n’y a jamais « table rase »- la perte par la société de sa mémoire vivante, au moment même où s’hypertrophie sa mémoire morte (musées, bibliothèques, monuments classés, banques de don, etc.), la perte d’un rapport substantif et non serf à passé, à son histoire, à l’histoire - autant dire : sa perte à elle-même. Ce phénomène n’est qu’un aspect de la crise de la. conscience historique de l’Occident, venant après un historicisme-progressisme poussé à l’absurde (sous la forme libérale ou sous la forme marxiste). Mémoire vivante du passé et projet d’un avenir valorisé disparaissent ensemble. La question du rapport entre la création culturelle du présent et les oeuvres du passé est, au sens le plus profond, la même que celle du rapport entre l’activité créatrice auto-instituante d’une société autonome et le déjà donné de l’histoire, que l’on ne saurait jamais concevoir comme simple résistance, inertie ou servitude. Nous avons à opposer à la fausse modernité comme à la fausse subversion (qu’elles s’expriment dans les supermarchés ou dans les discours de certains gauchistes égarés) une reprise et une recréation de notre historicité, de notre mode d’historisation. Il n’y aura transformation sociale radicale, nouvelle société, société autonome que dans et par une nouvelle conscience historique, qui implique à la fois une restauration de la valeur de la tradition et une autre attitude face à la tradition, une autre articulation entre celle-ci et les tâches du présent/avenir.(...)
-------------Lire l’article...


Articles les plus récents

vendredi 19 avril 2019
par  LieuxCommuns

Correspondances diverses II

Envoyé : 18/10/2014 De : T. À : Lieux Communs Objet : Proposition Bonjour à vous tous, J’ai découvert votre site il y a quelques temps, à la faveur d’une recherche sur Lefort et Castoriadis, et je dois vous dire que je suis à la fois impressionné et enchanté de savoir qu’un collectif tel que le vôtre (...)

jeudi 11 avril 2019
par  LieuxCommuns

Tendances et perspectives présentes (1974)

Ce texte fait partie de la brochure n°9 « Crises économique, politique, sociale, anthropologique ». Il est possible de la télécharger dans la rubrique brochures. Introduction à la seconde édition anglaise de 1974 [renommée par nous. LC], écrite en anglais, du « Mouvement révolutionnaire sous le (...)

jeudi 4 avril 2019
par  LieuxCommuns

D’un dépassement du surmusulman : le miroir politique

Dernier chapitre du livre de Fethi Benslama « Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman », Seuil, mai 2016. L’auteur tente ici de poser les enjeux socio-psychanalytiques de l’évolution des sociétés musulmanes. Il le fait à travers l’évocation du soulèvement tunisien de 2011 — recoupant largement nos (...)

dimanche 31 mars 2019
par  LieuxCommuns

Nous aider

L’autonomie des uns commençant là où commence celle des autres, ce sont vos libres initiatives qui nous intéressent en premier lieu. Mais nous ne refusons pas les coups de mains, réguliers ou occasionnels, au-delà des discussions autour des idées que nous avançons. Cette page est consacrée à nos (...)

jeudi 28 mars 2019
par  LieuxCommuns

L’horizon impérial (4/4)

Voir la partie précédente (.../...) Évolution technologique C’est sans doute le point le plus contre-intuitif, la sophistication technologique actuelle se présentant allègrement comme synonyme de progrès politique et social. Pourtant l’évolution de la technique accompagne, précède, suit, découle de (...)

vendredi 22 mars 2019
par  LieuxCommuns

On parle de nous...

En vrac, quelques liens vers les pages de sites qui nous ont mis en lien sans intervention de notre part, classés par période au fil de leur récolte, c’est à dire des connexions avérées. Il peut s’agir d’un lien permanent mis sur un site, d’une référence hypertexte dans un document, dans un forum, un (...)