Parution : Éléments d’écologie politique — Pour une refondation

jeudi 11 novembre 2021
par  LieuxCommuns

Éléments d’écologie politique — Pour une refondation

Sommaire :

  • I – Survol ethno-historique
  • II – Nature humaine et humaines natures
  • III – Histoire et contre-histoire de l’idée de Nature
  • IV – Sources sociales-historiques de l’écologie politique
  • V – Politiques de la nature et totalitarisme
  • VI – Vers une philosophie de la nature ?
  • Éléments de conclusion
  • Annexe I : Résumé de l’essai
  • Annexe II : Résumé de l’argumentaire
  • Quatrième de couverture — ci-dessous...

Acheter dans nos librairiesAcheter dans une librairie indépendanteCommander chez l’éditeur


Quatrième de couverture

L’écologie politique pourrait-elle être autre chose que l’écologisme, ce mélange d’idéologies gauchisantes, d’ambitions technocratiques et de gestions au jour-le-jour des catastrophes en cours et à venir ? Et annonce-t-elle un autre avenir que la mise en place d’une écocratie, régime planétaire inévitablement rythmé par les effondrements mais organisant autoritairement le rationnement de populations résignées et culpabilisées ?

Sans doute. Mais cela impliquerait d’identifier et de tenter de se défaire des croyances, illusions, mythes et fantasmes qui resurgissent dès qu’il est question des relations de « l’Homme avec de la nature ». Et non pour asséner quelques vérités éternelles, mais pour ré-ouvrir les grandes questions politiques, anthropologiques, philosophiques que notre époque recouvre d’un prêt-à-penser à la fois vide et étouffant. Face aux immenses crises civilisationnelles, les éléments d’écologie politique ici formulés cherchent à dégager lucidement les possibilités d’une auto-transformation radicale de la société qui ne soient pas le creuset de nouvelles barbaries.

Issu d’une série de conférences synthétisée en six séances, le propos se veut ici à la fois pédagogique et accessible mais aussi exigeant, traversant les époques, les cultures et les écosystèmes, convoquant les disciplines et les auteurs, mobilisant des notions et des idées aussi méconnues qu’indispensables. L’ambition n’est pas ici de rallier à une cause mais bien de nourrir l’interrogation et la réflexion de celui qui cherche, dans l’obscurité des temps présents, non pas des raisons d’espérer ou un guide pour l’action mais, d’abord, des moyens de comprendre afin de peser sur l’orientation de nos sociétés.

Présentation de l’éditeur

Cet ensemble de textes voudrait participer à l’élaboration d’une écologie politique s’émancipant des idéologies mystificatrices. Il se donne trois objectifs :

• D’abord rappeler une série de notions fondatrices et indispensables à toute démarche se réclamant de l’écologie politique ;
• Ensuite pointer les mythes, illusions et idéologies qui inhibent, obstruent, fourvoient toute tentative de penser les relations que la civilisation humaine a pu tisser avec la biosphère ;
• Enfin, alimenter les réflexions qui visent une profonde transformation de nos sociétés aujourd’hui engagées dans des impasses à la fois intellectuelles et politiques, et traversées par des crises civilisationnelles.

Ces réflexions nous incitent à la reconnaissance pleine et entière de l’altérité de la nature face à laquelle l’humanité ne peut qu’exister en créant lucidement, par sa propre liberté, ses modes d’organisation individuels et collectifs. Le rapport à la nature n’a jamais été et ne sera jamais ni harmonie, ni contrat, ni dialogue apaisé : c’est une relation conflictuelle et complémentaire entre deux créations radicales, l’auto-organisation de la nature et l’auto-institution des sociétés humaines. Seule une autonomie redéfinie permettra de l’appréhender lucidement.


Textes en lien


Commentaires