La multiculturalie comme principe

(communiqué interne n° 001 du Comité Central du gauchisme culturel)
samedi 15 avril 2017
par  LieuxCommuns

Texte extrait du bulletin de Guy Fargette « Le Crépuscule du XXe siècle » n°31-32, octobre 2016.

La satisfaction des partisans du multiculturalisme est compréhensible devant les succès immenses, si longuement préparés, que leur idéal ne cesse de rencontrer un peu partout dans le monde occidental. Il convient donc de rendre explicite ce qu’un Comité Central conséquent ne manquerait pas de formuler par des communiqués internes à vocation de formation, afin d’éclairer définitivement la logique qui sous-tend cette activité idéologico-pratique. Il s’agit en somme de laisser s’exprimer le “surmoi collectif” de ses partisans les plus déterminés. Leur mot d’ordre peut se résumer à ce cri du cœur des populistes russes de la fin du XIXe siècle, qui fut la boussole du marxisme-léninisme dans toutes ses manifestations : “détruire l’Occident pourri !”.

Leur morale et la nôtre

Au lendemain de l’action décomplexée des escadrons de la mort de l’islam militaire en plein Paris le 13 novembre 2015, qui ont commis ce qu’il faut bien qualifier, malgré notre respect fasciné devant la noirceur du forfait, un “Oradour sur Bataclan”, il importe de s’adapter à la nouvelle époque en gestation. Dans la cause que nous défendons, il existe sans doute certaines techniques récurrentes, comme la capacité à savoir tenir une affirmation et son exact contraire dans une même phrase, penser une chose et en dire une autre, tout en y croyant simultanément. C’est là une question de méthode minimale qui, avec le temps, devient routine élémentaire.
Il y a surtout un état d’esprit qu’il faut pratiquer, et qui ne s’acquiert qu’au prix d’un long entraînement, conscient ou non, pour organiser avec instinct toutes nos opérations de propagande et donner corps à nos audaces. S’il est vrai, comme l’a soutenu en 1978- 1979 un auteur, dont il vaut mieux taire le nom à jamais, que :
Les partis de Gauche ne peuvent exister un instant sans prétendre qu’ils sont et qu’ils veulent autre chose que ce qu’ils sont et qu’ils veulent, sans raccommoder constamment les mailles qui filent entre leurs fictions et la réalité, sans sécréter continuellement du fil de fiction additionnel. Et personne ne peut être partisan de la Gauche sans avoir dans la tête à la fois une nébuleuse d’illusions et un appareil indescriptible de fabrication de simulacres”, il est vital d’intégrer et de cultiver ces prétendues faiblesses en un système supérieur. Telle est la caractéristique du multiculturalisme, moment le plus achevé de cette production historique étendue sur plus d’un siècle, qui repose avant tout sur la coloration de tous ces argumentaires selon le principe d’un moralisme exigeant. L’important n’est pas que chacun soit jugé selon ses œuvres, mais impérativement selon ce qu’il est en mesure de faire pour la cause qui nous rassemble et qui doit devenir celle d’un genre humain dûment purgé.

Savoir manier le moralisme à géométrie variable, et répandre cette aptitude, telle est le grand levier de notre cause.

Paris, le 20 novembre 2015


Commentaires

La multiculturalie comme principe
samedi 15 avril 2017 à 20h18

Bonsoir,

Je comprends mal le bien fondé de cet extrait lapidaire.

Que signifie en clair « purger l’humanité » ?

Et tout aussi grave : d’où sort ce « surmoi collectif » affirmé comme réalité ?

Freud, effectivement, dans « Malaise dans la civilisation », métaphorise la contrainte collective en disant qu’elle fonctionne « comme » un surmoi social. En aucun cas cette métaphore ne valide l’existence d’une telle institution « psychosociale ». Ce fut d’ailleurs probablement à l’alibi de cette métaphore que Jung put opposer à Freud sa conception d’un inconscient collectif - puisqu’il ne peut exister d’inconscient qu’à partir de la censure surmoïque (ou pré-surmoïque) infantile primaire. Parler de « surmoi » social revient à conforter non seulement l’hypothèse aberrante d’un « inconscient collectif », mais à supposer que pourrait exister un « moi » social, un « moi » collectif : autrement dit la pire figure de l’hétéronomie. En clair : fasciste. Attention à ce que vous publiez.

dimanche 16 avril 2017 à 13h35 - par  LieuxCommuns

Bonjour,

Plusieurs choses à préciser suite à votre message.

D’abord le texte ci-dessous n’est pas un « extrait lapidaire » : c’est un texte extrait d’un bulletin (qui sera d’ailleurs progressivement mis en ligne). Sans doute est-il « lapidaire », mais il est complet. Chose inhabituelle sur internet, il fait appel au discernement du lecteur.

Ensuite, et précisément, il s’agit d’un texte IRONIQUE. C’est-à-dire que l’auteur y a écrit exactement le contraire de ce qu’il pense (et il suffit de lire quelques autres de ses articles pour s’en rendre compte). Autrement dit il prête à d’autres, ici un fictif Comité Central du gauchisme culturel, des propos qui ne sont pas tenus mais qui découlent de certaines positions, ici le multiculturalisme. Le trait est ainsi forcé afin de démonter les mécanismes mentaux de certains idéologues aujourd’hui.
L’encart liminaire à ce texte explique, pensons-nous, cette démarche...

Enfin, à propos du terme « surmoi collectif », vous allez un peu vite en besogne...
Sur le fond : si l’hypothèse d’un « inconscient collectif » est difficilement admissible pour l’orthodoxie psychanalytique strictement freudienne à l’échelle individuelle (et encore), l’existence d’un appareil psychique groupal est une base de travail indiscutable pour beaucoup : qu’il s’agisse de la psychanalyse groupale (D. Anzieu et R. Kaës), de la sociopsychanalyse (G. Mendel et le groupe Desgenette) ou de la psychosociologie (G. Lapassade et aujourd’hui F. Guist-Desprairies), sans même parler de tout un pan de l’œuvre de C. Castoriadis. Vous trouverez sur ce site de quoi nourrir votre curiosité. Reconnaître qu’une communauté humaine est relié par une identité multiforme, des discours implicites, des postulats tacites, des idéologies partagées, des fantasmes communs, un imaginaire groupal, un magma de significations voire un « inconscient social » ne légitime en rien l’hétéronomie, mais bien au contraire permet de l’identifier et de la dépasser.
Quant au contexte, justement : l’emploi du terme « surmoi collectif » n’est pas ici clinique mais essentiellement polémique. Il s’agit là de pointer chez un groupe précis, les idéologues du multiculturalisme, une sorte de « délire collectif », de surréalité, dont ces « communiqués » veulent pousser la logique jusqu’à en expliciter ses ultimes implications.

Par contre, et pour finir, il est normal de trouver sous votre plume le terme de « fascisme », même à contre-emploi, puisque c’est bien d’une forme nouvelle de totalitarisme qui est ici dénoncée : la volonté de rééduquer un peuple entier, d’en ruiner la consistance culturelle, de briser les ressorts de son unité pour atomiser toute tentative d’émancipation, bref de le disloquer par une ingénierie sociale héritée du stalinisme. (Difficile, à ce propos, de ne pas voir dans votre horreur d’un « moi collectif » un appel à l’interchangeabilité des peuples et des individus tel que le formule le capitalisme contemporain).

Promis : nous faisons attention à ce que nous publions. Mais en échange, que les zinternautes s’engagent ici à prêter attention à ce qu’ils lisent.

Cordialement

LC

Problème technique : les envois des « lettres d’information » (dernières publications et revues de presse) sont provisoirement impossibles. Toutes nos équipes sont à pied d’œuvre...