Dossier thématique : la « campagne électorale » de 2017

mardi 28 février 2017
par  LieuxCommuns

Comme dans nombre de pays occidentaux, l’affligeant spectacle électoral tente désespérément de masquer l’entrée dans une crise de régime. Ses ressorts, extrêmement profonds, sont connus, mais perpétuellement occultés par les discours rassurants et démagogiques qui se démarquent les uns des autres par l’ampleur du déni qui les soutient.

  • Chacun sait, pour s’en réjouir ou s’en affoler, que nos sociétés sont en train d’opérer des transformations titanesques et fulgurantes. Le développement incontrôlé de la techno-science et ses promesses de toute-puissance dans tous les domaines de la vie sont en train de bouleverser nos existences psychiques, anthropologiques, sociales, biologiques, écologiques – la destruction des ressources naturelles sape le cadre matériel millénaire de l’histoire humaine. Diversement liées à ces facteurs, les migrations humaines massives s’accélèrent, elles-mêmes causes et conséquences d’un réveil mondial des dynamiques ethnico-religieuses, dont l’islam est la pointe avancée. Les sécessions, les affrontements, les chaos qui s’enclenchent concernent toutes les échelles, du village aux continents, et les disloquent. Les mouvements d’émancipation qui pouvaient leur faire pièce semblent avoir disparu, cessant de contrebalancer des oligarchies qui accompagnent activement cette sortie de la modernité. Notre quotidien est tissé de ces ondes de choc qui nous viennent de l’avenir.
  • Depuis quelques années, une partie croissante des populations occidentales et non-occidentales se refuse confusément à subir ce suicide civilisationnel. Cette réaction populaire multiforme et indéterminée est essentiellement conservatrice. Qualifiée de populiste, elle est, à ce titre, l’objet d’un discrédit total de la part des milieux médiatico-politiques. Leur propagande d’inspiration totalitaire, à la fois militante et oligarchique, impose le « bien- penser » comme condition de la paix civile pour faire accepter la course à la barbarie. Cette surréalité souriante s’appelle par exemple le « néo-libéralisme », le « multiculturalisme », le « post-modernisme », ou encore le « gauchisme culturel ». Elle craque aujourd’hui de tous côtés. C’est donc sans peine que les démagogues se posent en ennemis du Parti des Médias ou Parti de la Pacification et drainent les insoumissions populaires en se désignant comme le Parti de la Réalité – afin de la recouvrir à leur tour.
  • S’il n’y a que l’intervention continue des peuples pour réorienter radicalement la marche de l’Histoire, nombre d’illusions tenaces les en empêchent encore. Il y a d’abord le mythe de la représentativité politique, dégradé aujourd’hui en culte de la personnalité providentielle : seule une délibération libre, contradictoire et passionnée de tous avec tous permettrait de sortir des ornières idéologiques. C’est ensuite la fausse opposition entre la « question identitaire » et la « question sociale » : les visées de justice sociale, de démocratie directe, d’égalité et de liberté telles qu’elles se sont déployées dans le monde entier depuis l’Occident, sont autant des racines culturelles que des horizons politiques. Elles appartiennent à tous ceux qui s’en réclament et constituent des critères distinguant les confusionnistes, les alliés, les adversaires et les ennemis. Enfin, last but not least, le mythe d’un niveau de vie croissant oriente encore tous les comportements. Il doit être détruit et ne le sera que par l’émergence d’un projet de société populaire qui saura renouer avec les limites, la responsabilité et la lucidité.

Les textes qui suivent veulent y aider.


  • Les enjeux civilisationnels

Le tsunami démographique

Veut-on vraiment nourrir le monde ?

Comment l’oligarchie exacerbe la crise écologique

Décroissance et démocratie directe

Le tropisme des crises économiques depuis 40 ans

Quelle Europe ? Quelles menaces ? Quelle défense ?

Questions de méthodes : critères minimaux

Entrée en période troublée

Écoutons la colère de la France d’à côté

Violences et banlieues françaises

Sur les racines de la disparition de la pensée critique

Islamisme : concevoir l’impensable

  • Les illusions oligarchiques

Keynésianisme improbable

Une illusion constitutive de l’Union européenne

« Au fond, la gauche pense que les électeurs du FN sont stupides »

Ce que nous appelons extrême droite

L’autogestion de la mystification

Le bras idéologique et séculier de l’oligarchie

  • Les fausses alternatives

Essor et faillite des réseaux de “troc” en Argentine : l’échec d’une refondation sociale

Sur les « convergences de luttes »

Notes sur le mouvement social d’octobre 2010

Les mouvements des « indignés » : potentialités, contradictions et perspectives

Occuper Wall Street, un mouvement tombé amoureux de lui-même

Contre la Constituante

L’antidémocratisme

  • Sur le vide contemporain

Post-scriptum sur l’identité nationale

Périsse le consensus

La montée de l’insignifiance

L’offensive de l’insignifiance

Le « Cauchemar de Don Quichotte », une discussion symptomatique de la régression historique

  • Critiques du système représentatif

2007, l’oligarchie s’affirme

Élections françaises 2012 : L’oligarchie à visage humain

La politique contaminée par la gestion

La démocratie contre les élections

L’élection organise une aristocratie

Donner sa voix ou prendre la parole ?

La démocratie directe contre la « démocratie représentative »

Principes du gouvernement représentatif

Les justifications théoriques de l’oligarchie

  • Pour la démocratie directe

Introduction générale à la brochure « Démocratie directe : Principes, enjeux, perspectives »

La démocratie directe : projet, principes et adversaires

Petite histoire du tirage au sort en politique

La hiérarchie des salaires et des revenus

Anarchie et démocratie radicale : accords et désaccords

Enjeux politiques et anthropologiques du mouvement grec pour la démocratie directe

  • Pistes

Qu’est-il possible de faire actuellement ?

Combattre le repli sur la sphére privée

Exclues, les nouvelles classes populaires s’organisent en « contre-société »

Pour des assemblées générales autonomes

Quand le Front national prospère sur l’aveuglement d’une gauche bien-pensante

Nous, immigrés arabes, face à nos choix politiques

Patriotes & révolutionnaires

Préliminaire à toute réflexion sur les troubles en cours et a venir


Commentaires