Dossier thématique : La « crise des migrants »

mardi 27 octobre 2015
par  LieuxCommuns

La « Crise des migrants » qui court depuis quelques mois porte à incandescence des mécanismes et des contradictions anciens et connus mais dissimulés derrière des enjeux idéologiques hérités du XXe siècle.
Les textes réunis ci-dessous ramassent quelques éléments de réflexions susceptibles d’éclairer des enjeux qui, malgré toutes les bonnes volontés, ne disparaîtront pas de sitôt et devraient être au centre des préoccupations de quiconque prête attention au monde qui s’annonce.

Quelques remarques préliminaires :

– Il n’est pas question de l’afflux de quelques centaines de milliers de réfugiés provenant d’une zone provisoirement en guerre, comme l’Europe en a accueilli dans l’histoire récente. Pour qui veut savoir, il semble établi que nous assistons à l’effondrement des États mais surtout à l’implosion brutale ou progressive des sociétés musulmanes du Moyen-Orient (celles du Machrek et du Maghreb sont en sursis) et de l’Afrique sahélienne. Leurs poids démographiques et la rentabilité des voies de l’émigration dessinent pour la décennie à venir des déplacements de populations continus et croissants se comptant en millions – sans même évoquer les futures transformations écologiques et climatiques qui augmenteront l’ordre de grandeur de ces processus.

– Les milieux médiatico-politiques de l’Europe de l’Ouest pratiquent depuis l’été une surenchère dans le chantage agressif aux bons sentiments, assimilant toute tentative dissidente d’analyse rationnelle de la situation au « fascisme ». Ces procédés sont dérivés de ceux de la terreur propagandiste stalinienne – contre lesquels les peuples de l’Est possèdent une immunité historiquement acquise. Jamais la convergence entre les idéologies libérale-capitaliste et du gauchisme culturel n’a été aussi patente. Les franges de l’opinion publique abandonnées aux âpres réalités du « multiculturalisme » (nom officiel du morcellement ethnico-religieux du territoire et des institutions) sont poussées, exaspérées, vers les discours complotistes, confusionnistes, démagogiques et/ou étroitement nationalistes. Les cercles oligarchiques semblent divorcer irrémédiablement des milieux populaires, approfondissant (qu’ils le prévoient ou non) une crise de régime sans issue prévisible.

– Ce qui est en question ne sont évidemment pas les capacités matérielles d’accueil (du moins en l’absence d’un nouvel effondrement financier qui entraînerait la sphère économique) et encore moins l’hospitalité des pays européens ou leur empathie. Cette crise, au sens profond, survient au moment où commençait à se tirer les bilans de quarante ans d’immigration de masse cynique et manipulatrice, aboutissant aux processus de dés-intégrations de populations jusqu’il y a peu en voie classique d’assimilation, dont la pointe avancée est évidemment le néo-islam conquérant. L’arrivée confuse, forcée et improvisée de nombreux « migrants » ne peut que porter à leur paroxysme ces phénomènes à l’intersection du néo-impérialisme musulman et du délabrement occidental. L’enjeu est bien l’étape finale de la disparition du versant émancipateur que l’Europe portait, et le retour en son sein du divin, de l’autoritarisme et de la logique ethnique – sous le masque d’un antifascisme onirique.


Islamisme : concevoir l’impensable

  • Sur le phénomène migratoire :

Le tsunami démographique

Jeunesse tunisienne en lutte, jeunesse tunisienne en fuite

Des jeunes qui se demandent pourquoi ils sont nés en France

... une humanité prise dans un mouvement brownien perpétuel…

Attali se voudrait poisson pilote de l’oligarchie...

  • Sur les enjeux de l’immigration :

Nous, immigrés arabes, face à nos choix politiques

L’insupportable lucidité de Taguieff

Le déni des cultures

Politique, démocratie, valeurs occidentales : Projet de démocratie radicale et relativisme culturel

La fable de la mixité urbaine

La Caillera et son intégration

  • Sur l’état de l’Occident :

Quelle Europe ? Quelles menaces ? Quelle défense ?

Islam, phobie, culpabilité

L’autogestion de la mystification

Quand le Front national prospère sur l’aveuglement d’une gauche bien-pensante

  • Sur la charge médiatique :

Contre la censure et l’intimidation dans les espaces d’expression libertaire [et ailleurs...]

Caractéristique du mensonge moderne : construire une hystérie en miroir

Le bras idéologique et séculier de l’oligarchie

« Au fond, la gauche pense que les électeurs du FN sont stupides »

La motivation actuelle du stalino-gauchisme et des “bien-pensants”

L’islamo-gauchisme


Commentaires