Discours informe ou recherche d’un éclectisme cohérent ?

vendredi 14 octobre 2016
par  LieuxCommuns

Le 11.06.11
À : Lieuxcommuns
Objet : Mission : Propagation

Bonjour,

Pour être très bref : avec vous dans le « combat », nous avons réalisé ce site http://xxxxxx sur lequel nous avons fait un pont avec votre site (voir dans les liens). Dans une idée d’unir les militants, nous pensons qu’il serait bon que vous puissiez faire un lien sur notre site depuis votre site. Merci de participer à cette plateforme d’appel à la conscience citoyenne, chose que vous faites déjà par votre très inspirant site. Je termine avec une citation de Bourdieu :

"(…)La tâche la plus urgente me paraît être de trouver les moyens matériels, économiques, et surtout organisationnels, d’inciter tous les chercheurs compétents à unir leurs efforts à ceux des responsables militants pour discuter et élaborer collectivement un ensemble d’analyses et de propositions de progrès qui, aujourd’hui, n’existent qu’à l’état virtuel de pensées privées et isolées ou dans des publications marginales, des rapports confidentiels ou des revues ésotériques. […] Seule l’assemblée idéale de tous ceux, chercheurs ou militants, qui ont quelque chose à apporter à l’entreprise commune, pourra construire le formidable édifice collectif digne, pour une fois, du concept galvaudé de projet de société."

En me réjouissant d’ores et déjà de notre coopération et de nos liens respectifs...
Mes salutations militantes inspirées,

L


Le 23 Jun 2011
From : lieuxcommuns
Subject : Re : Mission : Propagation

Bonjour,

Nous avons pris connaissance d’une partie de votre site qui a s’annonce bien inspiré puisque visant une « auto-transformation radicale ».

Mais nombre de vos liens pointent vers une multitude de sites tout-à-fait incompatibles entre eux, et vos références semblent également très contradictoires tout en étant a-critiques. Sans doute est-ce le souci d’embrasser et de tenter d’unifier tous les courants prétendument révolutionnaires mais c’est également faire l’économie d’un travail de clarification. Beaucoup de choses évoquées sans plus de commentaires, dont la « méditation Vipassana », rendent même l’ensemble passablement suspect...

Que le travail de distinction ne conduise pas au sectarisme est certes aussi difficile de de chercher à concilier implicitement des doctrines ou des courants qui se combattent aujourd’hui encore. La confusion croissante en ces temps de colère sociale grandissante doit être, à notre sens, notre premier ennemi.

A bientôt

D.


Le 24.06.11 00:16
À : lieuxcommuns
Objet : RE : Re : Mission : Propagation

Bonjour,

Je suis étonné de votre réponse... Je répondrais juste, que comme le site l’indique, ce site est collectif et donc ne suit pas une logique individuelle mais choisit plutôt de rendre ostentatoire plusieurs orientations pour entreprendre une « auto-transformation radicale ». Il n’y a pas une réponse, il n’y a pas de juste et de faux. L’idée est de porté à la réflexion.Une réflexion qui peut prendre une forme multiple.
Quant à moi, j’aime beaucoup votre site mais je déprécie fortement le message que vous m’envoyez. En regard de votre site, je ne le comprends pas. Je le trouve très contradictoire par rapport à ce que j’ai pu lire sur votre site. Vous usez du mot : « incompatible », que voulez-vous dire ? Pour être plus précis dans cette demande : Que veut dire « être incompatible » ? Cherchons-nous, dans notre action commune (nos sites) d’être compatible à une normalité ? Car, en effet, « incompatible » ne peut qu’être lié à son contraire : « compatible ». Qu’est-ce qu’être « compatible » ? Compatible à quoi ? Pourquoi ?
La démocratie directe, qu’est-ce que c’est ? Un nivellement ou une multitude de récits qu’il faut voir dans leur totalité diversifiée ? Qu’est-ce que « être contradictoire » ? Les premiers ennemis sont-ils les militants WEB qui, peut-être de manière maladroite, essaie de réunir un collectif.
Je pense qu’il y a malentendu, vous n’étiez pas en forme lors de l’écriture de ce message ci-dessous et pour cela je vous demande de reconsidérer ma demande et si jamais de partager notre discussion à vos membres. Il me semble que c’est important que l’on crée un réseau. Un peu de bleu, un peu de rouge, un peu de vert. La démocratie, c’est l’union des différences. Refuser la différence, c’est refuser la démocratie et aller vers le totalitarisme.
Enfin je suis à votre écoute pour améliorer « mon » site et de le diriger vers plus de « clarification », comme vous dites. Encore une fois, je vous félicite ou vous encourage à continuer le bon travail que vous faites avec votre site et j’ose espérer que vous ajouterez notre site au votre. Je finis avec une citation d’Antonio Negri :
« Aujourd’hui, il faut inventer la démocratie, il faut inventer l’action des multiples. »

Avec mes salutations amicales et militantes,
L.


Le 30 Jun 2011
From : lieuxcommuns
Subject : Re : RE : Re : Mission : Propagation

Bonsoir,

Il nous est difficile de nous expliquer votre surprise à la lecture de notre première réponse.

Vous faites une confusion regrettable entre démocratie et relativisme, comme entre incompatible et anormal ou encore entre diversité et patchwork. Bref, vous semblez confondre éclectisme cohérent et discours informe.

A votre aise, si vous voulez faire cohabiter sans dialogue Negri et l’anarcho-socialisme, le chevènementisme avec le luddisme ou encore Khrisnamurti avec l’Internationale Situationniste, mais soyez certains que vous n’aidez personne à voir clair dans cette triste époque de boursuflure et de n’importe-quoi.

Tout de même : votre sigle est l’étoile rouge et noire, vous la justifiez en écrivant sur sept lignes qu’elle « n’est autre que celle de l’anarchisme-socialiste. Un mouvement politique et philosophique visant d’une part à l’abolition de l’État et du capitalisme - considérés comme deux formes d’oppression indissociables - et, d’autre part, à l’instauration d’une société égalitaire, délestée des principes antisociaux de la propriété privée et des institutions de type étatique. » (http://xxxx) et, deux clics plus loin, vous écrivez dans un texte de cinq lignes : « Le capitalisme est au-dessus des lois, des réglementations et des principes éthiques au nom de la jouissance et de la consommation. L’anarchisme n’est donc pas une alternative au capitalisme : l’anarchisme est devenu capitalisme » (http://xxxx).
Si ces deux positions vous semblent aussi exactes l’une que l’autre (ce qui serait tout à votre honneur), n’y voyez-vous pas un problème à les faire ainsi se côtoyer sans phrase ? Ne sommes-nous pas au-delà de la bonne volonté juvénile, au bord du questionnement sur votre équilibre personnel ?

Si ce message ne suscite encore chez vous que surprise et incompréhension, il n’est pas nécessaire de poursuivre nos échanges, et que chacun en reste là, sans rancune et sans regret, puisque nous ne voulons apparemment pas la même chose — un minimum de bon sens, en ce qui nous concerne.

Bien à vous

D.


Commentaires

Discours informe ou recherche d’un éclectisme cohérent ?
jeudi 20 octobre 2016 à 10h46

Une réaction aussi nuancée, au moins on n’est pas déçu ! Si raf n’est pas un membre du collectif, il ou elle semble en avoir les qualités requises, sinon pour rédiger les brochures, du moins pour répondre aux objections et autres commentaires.

Ne me croyant pas aussi infaillible que les membres de lieux communs, et donc n’étant pas aussi imperméable à la critique, j’ai écouté leur leçon (autant, en effet, essayer de tirer profit de leur tendance à en donner) et suis allé voir les derniers textes.

D’accord, certains paragraphes et chapitres m’obligent à reconnaître qu’il faut nuancer mes propos (par exemple De l’islam à l’islamisme ; Ce que pourrait être une société démocratique). Mettre le doigt sur les difficultés et flottements de l’extrême-gauche est salutaire, envisager l’islamisme comme une extrême-droite et élargir à la question de la religion également, mais le faire avec autant de suffisance est discutable. D’une certaine façon j’ai réagi impulsivement, en m’offusquant du ton que prennent trop souvent leurs commentaires, et de celui-ci en particulier. Même s’il est difficile d’avoir envie de lire des gens qui suscitent l’antipathie, il faut reconnaître la qualité de nombre de leur travaux. Je maintiens toutefois que d’autres textes sont plus faibles ou douteux.

Malgré l’esprit de sérieux et l’absence d’humour qui caractérise en général les interventions des membres, je ris de l’accusation intempestive de totalitarisme. Venant de gens qui pleurent à longueur d’articles d’être traités à tort et à travers d’extrême-droitisme, c’est là un usage cocasse de la notion de réciprocité. La réciprocité, plus encore que le tact, n’est-elle pas une valeur démocratique ? Mais il est toujours plus aisé d’être vertueux sur le papier.

B.

mardi 27 décembre 2016 à 18h11

Bah tu aurais peut-être dû lire ces textes avant de faire un commentaire, non ? Ton appel à la vertu et ta critique de la suffisance ont quelque chose d’un peu déplacé...

Discours informe ou recherche d’un éclectisme cohérent ?
samedi 15 octobre 2016 à 21h41

Bonjour,

En considérant votre échange non seulement d’après les idées avancées mais aussi en se laissant toucher par le style et le ton, il semble qu’on perçoit mieux la manifestation tout à la fois des représentations, affects et desirs.

Il m’apparaît deux problèmes bien significatifs de notre moment, à savoir la dérive possible (mais non démontrée) dans l’incohérence et le paradoxe d’une part, la dérive arrogante et bornée d’autre part.

Peut-être devriez-vous, pour un temps, échanger vos sornettes, les uns passant à la psychanalyse, les autres à la méditation. Je suis convaincu qu’à ce prix les deux pratiques pourraient se révéler fructueuses, et je dis cela sans cynisme.

Lecteur du site depuis les débuts, j’ai l’impression que la récente concentration sur le problème de l’islamisme, pour justifiée qu’elle soit, n’en est pas moins trop paniquée et hystérique. Ceci dans le sens où la force spécifique du site (les idées de démocratie directe et d’égalité des revenus) n’est plus vraiment mise en avant. Du moins ne semble-t-elle plus qu’un souvenir encore vivace ou pire, un vieux poster sur un mur. En effet, par rapport aux thématiques devenues centrales pour lieux communs - et qu’on ne dise pas que ces thématiques sont anciennes ou qu’elles dérivent du projet d’autonomie car ce serait là esquiver la réalité - je ne vois plus de créativité sur les idées maîtresses de l’autonomie et de l’égalité. Je vois, pour être un peu provocateur, un rapprochement subtil mais réel vers un style et un ton, sinon vers des thèses, dignes de DeBenoist. La revue de presse, à ce titre, est pour le moins ambiguë. Bien sûr on dira que je fais du chantage islamo-gauchiste à l’extrême-droite. Pourtant il ne s’agit pas de cela. Je regrette que la proposition éthique du site : la critique de la hiérarchie, de l’esprit religieux et une certaine exigence intellectuelle, se fige dans des manières d’être et de dire parfois en contradiction avec ces valeurs.

Alors que j’avais beaucoup de méfiance vis à vis du site lundi.am, je dois avouer qu’aujourd’hui j’ai parfois plus de profit à le lire que celui-ci. Ils parlent de choses que vous négligez, sauf erreur, à peu près totalement : politique étrangère de la France, dumping social capitaliste et néocolonialisme, politiques sécuritaires et surtout peut-être aménagement des territoires et urbanisme. Et pourtant je suis infiniment plus en accord avec les propositions inaugurales de lieux communs.

B.

mercredi 19 octobre 2016 à 09h41

Traduction en clair du commentaire précédent :

"Je ne connais rien à ce que vous écrivez et n’ai même pas suivi vos derniers textes ni vos dernières brochures. Mais vous vous attaquez au confusionnisme gauchiste : c’est notre fond de commerce. Pire : vous prêtez attention à la réalité en analysant l’islamisme et en le comparant à un totalitarisme que nous avons toujours soutenu, celui qui se pare de la révolte populaire pour vitrifier l’esprit critique.

Pour nous, vous êtes assimilable à l’extrême-droite. Regardez ailleurs, comme tous nos idiots utiles. Ce n’est pas difficile pourtant."

Raf.