La Tunisie entre l’histoire et l’impasse

vendredi 21 janvier 2011
par  LieuxCommuns

Deux textes du désormais célèbre site tunisien Nawaat, qui nous semblent bien exprimer aussi bien les espoirs que les questions qui se posent aux tunisiens, à la fois enthousiastes et sans réelles perspectives, conscients des contradictions profondes qui traversent leur peuple et ses aspirations.

« L’histoire parle » Par Mohedine Bejaoui,

http://nawaat.org/portail/2011/01/1...

Une dictature des plus féroces vient de tomber, en Tunisie, « le pays calme », comme dit la publicité touristique… « Travail, liberté, dignité », voilà le mot d’ordre scandé dans toutes les manifestations qui ont secoué la Tunisie depuis des semaines, accompagné par le silence complice du gouvernement français qui, par la voix de Mme Alliot-Marie proposa ses services pour « aider à ramener le calme ». L’histoire est en marche en Tunisie. Elle retiendra que le gouvernement français a soutenu, comme la potence soutient le pendu, un dictateur aveugle, sourd et corrompu qui a régné pendant 23 ans pour enrichir sa famille et ses affidés.

M. Sarkozy, vous ne pouvez pas dire que vous ne le saviez pas !

Circonstance aggravante pour celui qui s’est targué lors de sa campagne électorale de « ne pas serrer la main des dictateurs ».

Vous avez serré la main de Poutine et vous vous êtes baladé dans les rues de Tunis, piétinant les pétales de roses au côté de votre hôte, le dictateur Ben Ali, celui-la même qui piétinait la loi, la morale et l’honneur des Tunisiens depuis des décennies. « La démocratie progresse en Tunisie » aviez vous dit à la fin de votre voyage au pays des « indigènes », je vous laisse le loisir de mesurer la justesse de votre propos et l’ampleur de la démocratisation -plus de 100 morts- par votre ami Ben Ali.

Après l’appel au calme que vos services de communication et spécialistes en langue de bois nous ont servi, après l’offre de service que votre ministre des affaires étrangères a proposé à la dictature, vous prenez acte honteusement aujourd’hui du choix du peuple tunisien. Venant au secours de la victoire, je vous dis : nous n’avons pas besoin de votre soutien, nous saurons mener cette révolution à son terme parce que nous avons prouvé au monde entier qu’un peuple arabe et musulman peut se lever comme un seul homme, comme une seule femme, sans s’appuyer sur l’islamisme, l’intégrisme, ni le salafisme. Ruse de l’histoire qui vous a eu, le peuple tunisien était bien mûr pour la démocratie depuis des décennies alors que le strabisme culturaliste et la cécité islamophobe vous ont empêché de voir qu’entre le peuple tunisien et ses dirigeants se creusait un gouffre de malentendus générationnels, culturels et politiques. Vous avez manqué de lucidité : l’histoire parle depuis un moment, mais vous ne l’écoutiez pas ; elle crie aujourd’hui aux oreilles du monde entier, qu’il n’y a pas de fatalité à l’injustice.

La voie est désormais tracée pour tous les opprimés d’Algérie, du Maroc, d’Égypte, de Corée du Nord et d’ailleurs… La liberté n’est pas une possibilité, c’est une nécessité historique.

J’étais nourri depuis ma tendre enfance par les mots de ce grand poète tunisien Abul Kacem Chebbi, qui dit : « Lorsque le peuple veut la vie, le destin est obligé de s’y soumettre » ; la Tunisie scandait hier : « Du pain de l’eau ça suffit , mais pas de Ben Ali ». Édifiant. La révolution qui n’a eu qu’un seul mot d’ordre : La DIGNITE est en marche. Est-ce trop demander ?

Vous, Mr Sarkozy, vous ne l’aviez pas compris !

Nous, Tunisiens, issus d’une culture millénaire, Amazighs « hommes et femmes libres » nous le demeurons pour toujours, nous sommes contemporains de ce monde globalisé, conscients d’appartenir à une humanité universelle. Notre singularité y participe et sommes fier d’apporter notre pierre à la libération de l’homme où qu’il soit.

Notre révolution réelle, non pas virtuelle est menée à l’instant où j’écris ces lignes sur la toile globale des réseaux sociaux. A l’instant même, des milliers de messages écrits, audio et vidéo sont diffusés en temps réel pour décrire de quelle manière le peuple tunisien s’oppose à la dictature, et pas seulement au dictateur qu’il a déposé hier. La vermine, nourrie et entretenue par le système mafieux de Ben Ali et consorts est en train de tirer ses dernières salves contre le citoyen tunisien conscient, instruit, cultivé, qui s’opposera de toute sa force de conviction aux milices du pouvoir absolu agonisant. Soutenu par la justesse de la cause, galvanisé par le retour d’une liberté perdue depuis 1956 et retrouvée sur le champ d’honneur. L’automne du patriarche a pris fin le 14 janvier 2011. L’hiver sera rude, mais court. Nous le supporterons. Le jasmin d’ordinaire estival, précoce il ne tardera pas à fleurir exceptionnellement au printemps ; sans autre aide que celle des Tunisiens, citoyens dans l’âme depuis des lustres. Nous avons déposé Ben Ali, nous sommes entrain d’éliminer la vermine et les sangsues que nous a léguées Ben Ali, qui préféra libérer les repris de justice plutôt que les épris de justice pour jouer au pompier pyromane. La ruse n’a pas marché. Aujourd’hui, nous faisons l’histoire, nous écrivons LA LIBERTE avec le sang de nos martyrs, alors qu’une des plus vieilles démocraties du monde, La France, berceau des droits de l’homme, s’est couchée devant la bête immonde par la faute de ses gouvernants. La résistance continue en Tunisie, la révolution commence aujourd’hui. Honte à tous les collaborateurs actifs et passifs, honte à tous ceux qui ont pactisé avec le diable en choisissant la peste plutôt que le choléra, honte à ceux qui apaisèrent leur crainte fantasmatique de l’intégrisme en acceptant la dictature réelle. La Tunisie vivra parce que nous l’avons décidé.

Tunisie mon amour.


« Entre vent d’espoir et pesanteurs du passé » par Hichem Mustapha.

http://nawaat.org/portail/2011/01/1...

Après les évènements sans précédent que notre pays a connu ces dernières semaines et qui ont abouti à la chute d’un dictateur de 3e série sous la pression populaire, sans intervention directe de l’armée ni des puissance étrangères, je crois que nous avons tous désormais une responsabilité énorme sur les épaules en tant que Tunisiens …soit cette ‘révolution’ aura réussi et on aura été un modèle pour le monde arabe (dont les peuples suivent de très près ce qui se passe et expriment leur soutien sans réserve au formidable élan populaire de la Tunisie)…Soit cette révolution, tirée vers l’arrière par les forces réactionnaire sera avortée et on servira de faire-valoir aux dictateurs de tout acabit et de contre-exemple à surtout ne pas suivre….

Je ne suis ni historien, ni politologue…je voulais juste exprimer et modestement partager quelques réflexions en espérant que cela puisse contribuer à la richesse du débat

1- Quand je vois Kallel l’ex tortionnaire en chef faisant partie des trois personnes ayant annoncé l’ordre nouveau cela me fait froid au dos …Ces trois personnes sont complices (à divers degrés je vous l’accorde) de l’ancien régime et de tous ses crimes humains, politiques et économiques ….Soyons sérieux, même quand on dit que Mohamed Ghannouchi est relativement propre, oui certainement il n’a pas directement torturé ou détourné des fonds …mais il était chef du gouvernement pendant 11 ans …alors de grâce épargnez-nous ces raisonnements tordus, il a été complice ne serait-ce que par son silence …qu’est ce qui l’aurait empêché de démissionner ? si la réponse c’est son manque de courage alors la réponse est simple et direct …la politique c’est avant tout la crédibilité…alors s’il a prouvé qu’il n’a pas capable de courage (à moins que lui aussi à l’instar de son boss ait été induit en erreur ha ha ha ) il n’a plus sa place dans le nouvel ordre à bâtir …ni lui ni Mebazaa pour les mêmes raisons, ils doivent rester le minimum de temps possibles et avec des latitudes extrêmement limitées et contrôlées

2- RCD : monstre ou parti historique ? Pour creuser un peu plus le premier point il faut se rendre à l’évidence le RCD doit être dissous dans sa forme actuelle, libre à ses militants dans la suite, une fois les choses stabilisées de se reconstituer sur de nouvelles bases à l’instar d u parti communiste russe… L’un des slogans les plus forts scandés par cette magnifique foule qui a délogé la bête immonde était yosqot jallad chaab yosqot hezb edoustour alors traduction à la bourgeoisie bien-pensante qui ne comprend peut-être pas bien l’arabe et qui du fond de ses salons cossus nous dicte ses stratégies pleines de sagacité le peuple n’est pas mûr pour la démocratie continuons avec la soi-disant élite politique actuelle sinon c’est le vide donc traduction camarade bourgeois a bas les bourreaux du peuple, a bas le parti destour (qui n’a jamais eu l’esprit destour d’un point de vue purement linguistique et ce au moins depuis l fin des années 60) …donc restons fidèles à l’esprit de cette révolution et accédons aux revendications du peuple …la même chose s’applique pour l’appareil sécuritaire dakhiliya, sécurité présidentielle etc …tous ces appareils répressifs doivent êtres démantelés et ceux qui ont du sans sur les mains traduits en justice et jugés bi kolli hazm comme disait le guignol…du simple flic jusqu’au ministre e l’intérieur …même celui qui est resté 2 jours en poste , et qui y est encore d’ailleurs, il n’avait qu’à pas accepter le poste …maintenant il a le sang des Tunisiens libres sur les mains et il doit répondre de ses crimes

3- Crimes économiques et mafia en fuite : cela va sans dire, toutes les mesures juridiques et financières doivent être prises immédiatement pour que le peuple se réapproprie e sa richesse volée …et la mafia en fuite avec à sa tête l’ancien dictateur doit être traquée sans répit jusqu’à extradition et jugement …il faut que cela serve d’exemple pour l’avenir

4- Crime politiques : je ne pense pas que les conseillers types Abdelwaheb Abdallah et Ben Dhia puissent s’en sortir impunément …il ont activement contribué aux crimes politiques de la mafia et recevaient leurs ordres directement de Leila …alors je ne vais pas vous faire un dessin ! Pour les autres thiruferaires de moindre calibre (membres du RCD par opportunisme, conseils municiapux etc)…faites-nous au moins le plaisir de vous retirer définitivement de la politique et soyez décents évitez d’en parler …le peuple n’est pas dupe …en deux jours on découvre soudainement que tous les aparatchiks étaient des Kheireddine réformateur qui se sont démenés comme des fous pour réformer le système de l’intérieur avec la meilleure volonté du monde …soit ils étaiet lamentablement naifs soit c’est des opportunistes sans scrupules qui essaient de rebondir maintenant et de se recycler dans le nouveau systeme …moi personnellement je crois plus la deuxième option

5- Epouvantail intégriste : qu’on le veuille ou pas la mouvance islamiste fait partie du paysage politique de ce pays alors il n’y a aucune raison de les écarter du jeu politique si on prétend construire une démocratie …le plus drôle c’est que ce sont souvent les mêmes qui défendent certains aparatchiks de l’ancien système qui essaient par tous les moyens d’exclure la mouvance istamiste et de lui faire un procès d’intention…Au nom de quel droit ? Qui vous a donné une procuration pour réfléchir à la place du peuple ? Pourquoi vous acceptez Hammami qui est communiste (et je suis pour qu’on l’accepte) et vous décrétez que Ennahda est infréquentable ? Est-ce que les communistes sont plus enclins à la démocratie que les islamistes ? Et puis le RCD on l’a essayé pendant un demi-siècle et on sait de quoi on parle, mais qui prétend pouvoir juger objectivement les islamistes ? Alors cessons ces procès d’intention…je vous rappelle aussi que c’est l’ancien dictateur qui doit être content en vous écoutant …vous, soi-diant élite bourgeoise libérale et pseudo-laique, reprenez bêtement ses arguments favoris : après moi le déluge (RCD sinon c’est le vide, ce qui est une absurdité dans un pays qui regorge de talents et qui l’a prouvé à maintes reprises ….la dernière manifestation du 14 n’étant pas la moindre) et je suis le seul rempart face à l’intégrisme (en essayant de vous acharner contre vos compatriotes dont le seul tort est de ne pas avoir les mêmes raisons que vous, vous lui donnez raison !)

6- Nouveau gouvernement : je ne vais pas rentrer dans les détails et je n’ai pas l’expertise juridique pour interpréter la Constitution…Simplement deux choses, dans l’urgence actuelle la Constitution est un détail…c’est un bout de papier qui a été manipulé à souhait par Bourguiba et son sinistre successeur…alors c’est certainement l’une des premières mesures salutaires à prendre que de changer cette fameuse constitution. Par contre, quand je vois les personnes qui ont été associées aux discussion hier avec Mohamed Ghannouchi, j’ai quelques réseves : voici la liste, à mon humble avis et cela n’engage que moi, de ceux à qui j’ai envie de dire qu’est-ce que tu fous là ? Dégage !!! Alors Jerad de l’UGTT celui-là qui au début de ces événements a tenu à prendre ses distances par rapport aux syndicalistes libres qui ont soutenu la cause de leur peuple en essayant désespérément de faire croire que les revendications du peuple étaient purement sociales et économiques mais nullement politiques …alors Monsieur Jerad si la politique ne vous intéresse pas ne vous sentez surtout pas obligés de participer aux tractations pour la création d’un gouvernement d’union nationale, les vrais enfants de Hached se feront un plaisir de vous remplacer , Monsieur Ben Jaafar : je tiens à dire que je respecte la personne…mais pendant les derniers événements silence radio de votre part…alors qu’on vous avait bien entendu en Octobre 2009 sur pas mal de médias étrangers lorsque vous aviez été ecarté des élections présidentielles ??? Alors je n’accuse personne mais on a besoin d’un peu d’explication pour y voir plus clair puis le meilleur pour la fin les dinosaures de l’opposition fantoche UDU et soi-disant MDS qui soit se contentaient des miettes que leur jetaient leur maître pour lui servir de décor soit appelaient carrément et ouvertement à voter pour lui !!! Alors là je ne vais même pas perdre mon temps à élaborer

7- Les opportunistes et le retournement de veste comme sport national : On doit aussi savoir faire notre auto-critique …si certains parmi nous ont passé deux décennies à applaudir ce système, c’est le mal est aussi un peu en nous….alors opportunistes de tout acabit un peu de décence ne venz pas jouer les Che Guevara et autres Robespierre aujourd’hui …Le manque de courage n’est pas une excuse recevable (cu moins fermez vos gueules dans ce cas) et pour rester dans le cynisme et la mesquinerie je cite deux exemples assez caricaturaux : d’abord le 14 au soir Mohammed Ghannouchi demandant à Aljazeera de nous aider dans cette phase délicate alors que son gouvernement a passé le plus clair de son temps à invectiver cette chaîne jusqu’à 48 heures avant son SOS médiatique. Ensuite, Sayah (un dinosaure du bourguibisme) qui semble avoir la mémoire très courte (rappel ce monsieur était à la tête de la milice destourienne sanguinaire et répressive pendant des années) qui hier s’est fendu d’une analyse politique en faveur de la démocratie sur Al arabiya….Sobhana moghayer el ahwal et idha lam tastahi fa efaal ma cheet ! Bref Marie-antoinette dans la peau de Danton…décidément on aura tout vu en Tunisie ! N’oublions pas que les germes du système oppressif de parti unique ont été semés dès le règne de Bourguiba

8- Régionalisme et fracture sociale : un point fondamental que beaucoup (notamment la bourgeoisie bien-pensante qui veut réfléchir par procuration pour tous les Tunisiens) semblent oublier…l’étincelle qui a déclenché ce formidable élan venait de Sidi Bouzid…pour cause de misère et de pauvreté…alors au lieu de nous perdre entre les articles 56 et 57 et autres péroraisons et discussions de salons le peuple n’est pas mûr il faut le protéger des intégristes …ne perdons pas de vue l’essentiel …un immense chantier de revalorisation des régions nous attend …Tunisois et Saheliens (je le suis moi-même mais cela ne m’empêche pas d’essayer de rester lucide et objectif) ont eu leur chance et leur temps…aujourd’hui les autres régions du pays doivent avoir leur mot à dire sur les plans politiques et économiques (je suis contre la discrimination positive mais il faudre des gestes et des signes forts dans ce sens si on veut rester fidèle à l’esprit de cette révolution et ne pas nous égarer dans les futilités qu’une certaine frange, auto-déclarée pseudo-intelligentsia, qui souvent d’ailleurs était plus ou moins complice, activement ou passivement, consciemment ou non, avec l’ancien système, prétend nous imposer comme priorité

9- Civisme e unité je pense que le chemin de la liberté et de la démocratie est long et semé d’embûches. Je sais qu’on a fait un pas colossal sur le plan symbolique (la barrière de la peur)…mais je pense aussi qu’une révolution copernicienne doit s’opérer au niveau de notre mentalité…En deux mots civisme et citoyenneté…savoir respecter l’autre quelque soit son opinion, son origine sociale, son statut ou son niveau d’instruction…Cette révolution est une page de l’histoire qui a été écrite par des millions de Bouazizi, un fils du peuple, un pauvre….alors quand je vois comment certains Tunisiens, y compris dans mon entourage, traitent les bonnes ou les petites gens, je me dis qu’on a encore du chemin à faire et que ce sont précisément ceux-là qui ne sont pas mûrs pour la démocratie et qu’il faudrait protéger contre leur propres démons d’arrogance et inculquer une grande dose de citoyenneté et de sens civique …Ceux-là même qui s’extasient devant la liberté qu’ils voient sur TF1 ou TV5 et cinq minutes après traitent leur bonne ou autre gardien comme un moins que rien…cette schizophrénie sociale et intellectuelle est, à mon avis, aussi dangereuse, à mon avis, pour l’esprit de cette révolution, qu’une intervention armée étrangère !

10- Pour les choses plus terre-à-terre, la sécurité, le pain etc…je ne vais pas m’étaler parce que je suis plutôt optimiste …l’armée va finir par rétablir la sécurité et neutraliser les criminels nostalgiques …Ne sombrons pas dans la panique (plein de messages intox sur facebook genre eau empoisonnée etc)…et dites-vous que si ce grand peuple a donné une centaine de martyrs pour libérer le pays d’un dictateur sanguinaire, la situation des boulangeries n’est pas ce qu’il y a de plus important à considérer ! Juste un souhait, que les médias tunisiens qui prétendent adopter une posture plus libre nous montrent les images des personnes dont elles nous disent qu’elles ont été arrêtées…On entend plein de rumeurs, démentis, intox …et une telle mesure pourra contribuer à rassurer les Tunisiens et à baisser le niveau de confusion actuelle

11- Même si mes remarques peuvent paraître un peu pessimistes, croyez-moi je suis très optimiste…mais je pense qu’il faut rester vigilants et très exigeants avec nous-mêmes …Nous venons d’appliquer à la lettre et sur terrain les deux vers de Aboulkce Chebbi, alors ne laissons pas cet espoir se volatiliser par paresse intellectuelle …ou être confisqué par des lobbys ou groupes d’intérêt qu’ils soient politiques ou économiques…Il y a deux images fortes que je retiens : celle d’un dictateur qui n’a pas su ni parler à son peuple, ni l’écouter pendant 20 ans …et qui sombre dans le pathétique en prétendant négocier son maintien sur le trône avec une momie (Allah Yarhemek Ya Bouazizi…Tu as allumé une lueur d’espoir dans le cœur des tous les Tunisiens libres) …et la deuxième image forte est celle de ce soldat qui fait un salut militaire au passage d’un cortège funèbre d’un martyr de la liberté

Faisons en sorte d’honorer leur mémoire et que leur sang serve au bien de ce peuple…Gloire aux martyrs et Vive la Tunisie

Hichem, citoyen ordinaire qui aime ce pays, petit par sa taille mais grand par son peuple


Commentaires